23/05/2017

Pascal Auriat (1948 - 1989)

pascal auriat_modifié-1.jpgRICORETROptf.jpgPascal Auriat obtient a écrit de nombreuses chansons et en a interprété quelques-unes lui-même.
De nombreux chanteurs ont favorisé son succès.
Il s’est éteint en 1989, en laissant derrière lui de très nombreuses chansons.

Pascal Auriat (Jean-Paul Vuillerme) est né à Paris, le 7 février 1948. Après avoir enregistré son premier disque en 1968, il passe à l’Olympia, en première partie de Sylvie Vartan en 1971.

Chansons marquantes : « 18 ans« , « Et si c’était ton fils », « Quand il reste l’amitié » et « Marlène« , qui obtient le grand prix de la critique au Festival de Spa (Belgique).

Quelques interprètes :

Mireille Mathieu : « C‘est peut-être moi qui partirai »
Jacqueline Boyer : « L‘amour se porte bien« , « De l’encre aux doigts »
Dalida : « Il venait d‘avoir 18 ans », « Justine », L’amour à la une », etc.
Georgette Lemaire : « Attends-moi la vie », « Et L’amour »
Linda de Suza : « La fille qui pleurait », « L’étrangère », « Comme vous, etc.
Daniel Guichard : »Comédien »
Shake : « De son enfance », « La vie en fête» , Une belle en plein coeur »
Les Poppys : « Corsaire »
Hervé Vilard : « Le Goéland
Jean Guidoni
: « Les vacances de larmes », « Mort à Venise »
Noam : « Goldorak », générique pour la série télévisée.

41BECVEKGKL.JPGEmmanuel Bonini rapporte dans "La véritable Mireille Mathieu" (p. 240), un témoignage de Guillaume Biro, père [n.d.r. adoptif] de Pascal Auriat :

Peu avant la disparition de l’un [Johnny Stark] et de l‘autre [Pascal Auriat], Johnny Stark avait fait appel à Pascal pour lui proposer un contrat. […] Monsieur Stark expliqua à mon fils que, victime de plusieurs alertes cardiaques et inquiet de l’avenir de Mireille, il avait pris des mesures dans ce sens et souhaitait donner un nouvel élan à sa carrière, tout en assurant, de son vivant, sa succession auprès d’elle.
- Tu as fait de l‘excellent travail pour Linda de Suza, je crois que tu es le mieux placé pour répondre à nos attentes, déclara Stark à Pascal.
Il avait préparé un contrat qui fut signé sur place. Tout est limpide et transparent entre les gens de leur classe. Johnny Stark était un Monsieur. Pascal, lui, se réjouissait à la perspective de collaborer plus étroitement avec une chanteuse qu’il admirait et respectait profondément Il lui avait d’ailleurs déjà servi une ou plusieurs de ses compositions. La gentillesse et la simplicité de Mireille, son professionnalisme, son immense talent surtout seront les derniers souvenirs que mon fils devait emporter de cette terre. Il partit peu de temps après, suivi de peu par Johnny Stark.

Sources :
1. Blog "Auteurs-compositeurs"
2. Emmanuel Bonini
3. MM-Avignon

21:07 Écrit par JCF | Commentaires (0) | Tags : 1948, pascal auriat, emmanuel bonini |  Facebook |

18/04/2017

Joséphine Baker - Biographie

jb.jpgTitre : La Folie Joséphine Baker
Auteur : Ean Wood
Editeur : Serpent à plumes
Sortie : octobre 2001
Commande via amazon : cliquez ici.

Etonnante carrière que celle de Joséphine Baker ! Et comme le début de carrière de Mireille peut sembler pâle comparé au sien ! Mais peut-être est-ce là un bonheur pour notre Demoiselle, s'il tient la promesse d'une fin plus heureuse que celle Miss Baker, une femme attachante, imprévisible, idéaliste, et aussi généreuse que chaleureuse.

Josephine Baker peut désormais être considérée comme la première star noire de l'Histoire. On la retrouve au croisement de tous les grands courants artistiques du début du XXe siècle, dans les capitales de l'époque - New York, Paris, Berlin -, incarnant soudain les aspirations des créateurs les plus novateurs. Peintres, sculpteurs, photographes et autres collectionneurs d'art africain, créateurs de mode, directeurs de ballet, de théâtre et de comédies musicales se bousculent pour la mettre en scène, l'habiller, la déshabiller, la photographier, la dessiner, la faire chanter et l'applaudir.

En phase avec les nouvelles musiques, avec les idées naissantes de libération de la femme et les mouvements anti-racistes, elle est annonciatrice de l'explosion créatrice afro-américaine du XXe siècle.

Un peu plus de vingt-cinq ans après sa mort, la petite Josephine, née Carson dans un milieu humble de descendants d'esclaves noirs de Saint-Louis, Missouri, est devenue une légende, une des figures internationales parmi les plus populaires que l'humanité ait connues.

Subversive, rebelle, visionnaire : telle fut Josephine Baker.

L'auteur, Ean Wood, est né en Irlande. Scénariste et réalisateur de documentaires, il est également l'auteur de George Gershwin, his life and music.
 
Quelques avis de lecteurs concernant l'ouvrage de Ean Wood : 
 
* Un superbe ouvrage permettant de revenir sur la vie de la première star black du Paris des années folles : idéal pour tous les amateurs de biographie et de découvertes !
* La meilleure biographie sur cette artiste. Son histoire se dévore de page en page. C'était une personne avec des valeurs très modernes et engagées.
* Biographie très précise, je la recommande, l'une des seules bonnes biographies n'ayant pas été écrites par un membre de la famille.
* I was completely taken in with the life of Ms. Josephine Baker's. Being from St. Louis myself, I was taken back to the streets that she and I could have crossed in passing. The author did a masterful job chronicling her life, from beginning, as a little black girl in segregated St. Louis, to the illustrious icon that dazzled Paris in the early twenty's. Colorful and exciting, is how I would describe this book and I thoroughly enjoyed reading the life story of this brilliant icon.
 
Source : Amazon (cliquez ici).
 
joséphine baker,livre,biographie,ean wood,emmanuel boniniEmmanuel Bonini a également consacré une biographie à Joséphine Baker : "La véritable Joséphine Baker". Le magazine Platine écrivait à cette occasion : Une fois par an, une biographie d'artiste est un événement. Celle-ci fut celle de l'an 2000. Écrite avec passion mais sans concession, cette bio aux allures de roman est pourtant une merveille de précision. Parfaitement rythmée par les successifs témoignages des compagnons du parcours de la première vedette de couleur du show-bizz, elle tomba à point pour commémorer les 25 ans de sa disparition, les 75 ans de sa carrière. On y parle de tout : des qualités comme des défauts de la chanteuse et de sa famille... Rien n'est dissimulé et pourtant le mythe subsiste. C'est certainement ce qu'il y a de plus fort dans cet ouvrage : la capacité à ne rien occulter sans pour autant briser le rêve... À l'issue de la lecture, gageons que vous finirez comme moi, chantant à tue-tête dans la salle de bains "J'ai deux amours, la chanson et Joséphine..." (J.-P. P. - Platine).
Livre en vente sur amazon (cliquez ici). 
 

22/08/2015

Tino Rossi

41iwtAbtmHL__.jpgA la suite du décès de Laurent Rossi, il sera beaucoup question de lui dans les médias et les réseaux sociaux. Comment dès lors ne pas évoquer une fois de plus son papa, Tino Rossi, "cette voix de légende qui chante à nos oreilles avec des mélodies qui nous font voyager dans le monde entier et qui nous rappellent nos moments chers en famille".

Si comme le souligne Jean-Jacques Debout dans la préface du livre d'Emmanuel Bonini, "Le vrai Tino", il fut à la fois l'ami de jeunesse de Marcel Pagnol, de Charles Trenet et de Georges Brassens, les fans de Mireille Mathieu sont particulièrement sensibles au lien particulier qui unissait la famille Rossi à la famille Mathieu. 

Par les témoignages qu'il contient, le documents exclusifs et les photographies (plus de 500), le livre d'Emmanuel Bonini peut être considéré comme l'oeuvre biographique la plus exhaustive jamais consacrée à Bino Rossi.

Pour plus d'informations, voyez le blog officiel d'Emmanuel Bonini  (cliquez ici). (Ne manquez pas d'y cliquer sur les trois liens repris sous la rubrique "La Presse".)

Titre du livre : Le vrai Tino
Sous-tires : Témoignages & portraits inédits.
Auteur : Emmanuel Bonini
Préface : Jean-Jacques Debout

Editeur : Didier Carpentier
ISBN : 9782841678457
Pages : 560
Prix éditeur : 29,00 EUR 
 

TMLR.jpg

  

02:24 Écrit par JCF | Commentaires (0) | Tags : emmanuel bonini, tino rossi, livre, 2015 |  Facebook |

27/07/2015

Johnny versus Johnny

1046041-archives-mireille-mathieu-avec-son-620x0-1.jpg

Dans son autobiographie, intitulée Dans mes yeux, écrite avec la complicité d'Amanda Sthers, Johnny Hallyday revient sur l'ensemble de sa carrière et 50 ans de show-business. Le rockeur entend dire sa vérité avec des mots qui parfois blessent.

Johnny Stark, le manager, un "escroc malin"

Nous en sommes en 1960. Johnny Hallyday vient de jouer à l'Alhambra en première partie de Raymond Devos. Un concert important au cours duquel Bruno Coquatrix, le très respecté directeur de l'Olympia, décidera de le programmer en tête d'affiche. Johnny n'a pas 18 ans et rencontre alors celui qui l'emmènera au sommet, Johnny Stark.

Dans le livre, Johnny écrit : "J'ai rencontré Johnny Stark qui était le manager de Line Renaud et est devenu le mien. Moi aussi j'ai eu ma 'Memphis Mafia', mon colonel Parker, c'était Johnny Stark. Pendant quatre ans, il ne m'a donné que la moitié de ce que je gagnais, il gardait l'autre moitié pour les impôts. Quand je me suis aperçu qu'ils les gardait pour lui, j'avais quatre années d'impôts impayés avec majoration. Qu'importe ! Il a sûrement compté dans ma carrière, un escroc malin pour lui et pour moi."

Dans Paris Match, le rockeur en rajoute un couche : "J'ai mis vingt ans à rembourser cette somme. Ce métier est rempli de gens pas corrects."

Ce court passage du livre a beaucoup choqué Vincence Stark, fille de Johnny Stark. Elle connaît très bien la star pour avoir été, de longues années, son attachée de presse. Sa réponse, recueillie par l'AFP, ne fait pas dans la dentelle : "Je trouve bien facile de salir la réputation de Johnny Stark, mort depuis 24 ans, qui par la force des choses ne peut se défendre. Il est aisé de refaire l'histoire, s'emporte-t-elle. Il faut croire que le supposé préjudice n'était pas si important puisque à l'été 1973, près de dix ans après les faits, M. Johnny Hallyday avait fait le pied de grue afin que Johnny Stark s'occupe à nouveau de lui. Peu de temps après mon père a eu un accident cardiaque et pour des raisons médicales il ne lui était plus possible de concrétiser ce rapprochement. Il a préféré s'occuper exclusivement de Mademoiselle Mireille Mathieu."

Source : Pure People

ligne rouge.jpg

johnny hallyday,johnny stark,pure people,emmanuel boniniQuelques avis:

Stark était un grand bonhomme (Roland Berger). Un grand bonhomme droit, solide, un type formidable. Il était le seul dans son domaine à posséder une pareille trempe. Rien à voir avec les vautours et les ignares qui jalonnent ce métier. Avec lui, Mireille Mathieu qui est une vraie pointure se trouvait dans les meilleures mains qui soient. (Roland Berger, l'homme qui a permis à Dalida de trouver son talent, bien avant Lucien Morisse).

Jean-Marc Thibault et moi avons longtemps collaboré avec Johnny Stark. Une certaine presse bien intentionnée lui a fait une assez mauvaise réputation, et, pourtant, nous serions prêts à retravailler avec lui sans contrat, sans garantie, ce que nous ne ferions pas avec d'autres organisateurs de spectacles. C'est un grand seigneur, assez demesuré dans tout ce qu'il entreprend. Pour tenter de vous faire baisser votre contrat de trois cents frans, il vous invitera à un repas somptueux qui lui coûtera le double. (Roger Pierre, dans "C'est pour rire")

Pendant de longues années je fus interdite des plateaux de télévision lorsque Mireille se trouvait dans les parages. Stark mettait comme condition à la venue de "son" artiste le fait que je ne fasse surtout pas partie des autres invités. En fait, Stark était vexé que j'aie osé décliner son offre. Du coup, il me snobait. Il faudra attendre mes premiers tubes , en 1973 et 1974, pour qui ce blocage disparaisse enfin. (Michèle Torr - Extrait) 

La 11e chambre correctionne de Paris condamne Johnny Stark à 18 mois de prison avec sursis pour fraude fiscale et douanière. Monsieur Stark devra verser aux douaniers 4 millions  554 000 frans à titre de rétribution, et la même somme à titre d'amende douanière. Le jugement sera publié au Journal Officiel et attaché à a porte de son appartement. ("Le Quotidien de Paris, 12 juillet 1977)

Mireille Mathieu aurait dû enregister chez "La voix de son maître". Johnny Stark a au moins l'honnêteté de s'occuper en exclusivité de la demoiselle d'Avignon. Il s'en occupe bien. Mireille et lui sont les gérants d'une société à irresponsabilité limitée. Elle est, grâce à lui, l'une des plus grands vedettes françaises internationales. Elle appelle Johnny "Pépé Jo". On ne sait lequel des deux est le plus gâteux de l'autre. Ils se partagent en tout cas une belle part du gâteux. (Thierry Le Luron)

C'est pour cela qu'on l'aime "Pépé Jo". Parce qu'il est classe et "régulier", comme disent les gens d'un certain milieu, parce qu'il sait encaisser comme un vrai mec doit être en mesure de le faire. Que nous voilà loin de la mentalité de certaines crapules en Golden Lady, producteurs malhonnêtes, lâches et pervers, toujours en course aujourd'hui, qui, délaissant un temps leurs gigolos, courent pleurer dans les jupons de la Justice au moindre bobo, à la recherche de nouveaux profits bien mal acquis. (Emmanuel Bonini)

Ca me fait sourire les sommes avancées. Tout à l'heure j'ouvre la radio et j'entends sur un poste périphérique parler de milliards. Même anciens, vous vous rendez compte de ces chiffres. Je ne suis pasune industrie, un secteur de l'activité du pays, comme fabricant d'avions, vous voyez ce que je veux dire... Je suis simplement un monsieur qui s'occupe d'une petite artiste. (Johnny Stark - France-Soir)

Stark est un habile homme. Hallyday, depuis qu'il est privé de ses services, a eu plus d'une occasion de s'en repentir. La jeune Mireille sera-t-elle plus avisée ? (Carrefour 21, 21.09.1966)

Enfin, à tout "seigneur" tout honneur... 

Si, dans le temps je parlais très peu aux journalistes, c'est parce que Stark me répétait sans cesse : "Le moins tu en dis, le moins t'as l'air con. Le jour où je l'ai quitté, je me suis débarassé de ce complexe." (Johnny Hallyday).

09/07/2015

Piaf, la vérité - Emmanuel Bonini

 plv.png

Biographe spécialisé dans les personnalités du spectacle, Emmanuel Bonini a déjà publié chez Pygmalion, dans la collection La Véritable : Joséphine Baker, Romy Schneider, Dalida et Mireille Mathieu, et chez Flammarion Sylvie Vartan. Sa plume et son talent d'investigation ont fait de ses biographies des ouvrages salués unanimement par la presse.

Livre paru en septembre 2008 - Editions Pygmalion.

Présentation

 
Pour voir les autres vidéos WebTVCulture sur cet ouvrage,
cliquez sur l'image plus bas.
 
piaf,la vérité,emmanuel bonini,2008,livre

12:08 Écrit par JCF | Commentaires (0) | Tags : piaf, la vérité, emmanuel bonini, 2008, livre |  Facebook |

18/06/2014

Un beau crack !

maurice chevalier,johnny stark,accident,1968,1922,lyon,emmanuel boninimaurice chevalier,johnny stark,accident,1968,1922,lyon,emmanuel bonini18 février 1968 (dimanche). Accident de voiture sur la route de Lyon.

Dans le livre "Môme à cheveux blanc", qui contient de nombreuses pages du "journal" de Maurice Chevalier, nous lisons :

Mireille Mathieu commence à subir les vents contraires à sa miraculeuse ascension. Pauvre chou si vallante. Lettres anonymes. Menaces de Mort, d'enlèvement. Les envies haineuses de tordus. Toute la gamme. Elle vient d'avoir un nouvel accident de voiture qui eût pu être fatal.
Elle est tout de même suffisamment blessée pour devoir se reposer plusieurs mois sur ordre des médecis. Je vais les voir dès ma rentrée de tourée, elle et Johnny Stark, son talentueux manager.
La gosse, si pure, si propre, si laborieuse, si belle, voit son destin commencer les croche-pieds. Elle encaissera bien, j'en suis convaincu. Elle a un joli menton énergique, décidé. Elle est très forte moralement et physiquement. Un beau crack...

(Maurice Chevalier : "Môme à cheveux blancs", p. 106, Presses de la Cité)

25/08/2012

L'Américain - 1989

3475272562_3.jpgJe tente d'apporter quelques informations sur les conditions dans lesquelles cet album a été créé. Pour ce faire, je me réfère à "La véritable Mireille Mathieu" d'Emmanuel Bonini (pp. 269-270). Que dit l'auteur ? (Je rappelle que Johnny Stark est décédé le 24 avril 1989.)

dyn006_original_361_529_pjpeg_49341_3a011b0cab97f6547cb7bad466814be6_modifié-1.jpgPour la deuxième fois, après le décès de papa Roger en août 1985 (une rupture d'anévrisme), à trente-neuf ans, la "petite" se sent orpheline. Plus qu'un trou, c'est un gouffre. Affectivement elle est perdue. Professionnellement, tout le monde s'accorde à reconnaître que l'on ne rencontre qu'un seul Stark dans sa vie.
Didier Barbelivien, alors très en cour sur le marché de la variété française, prend le deuil au bond et présente à Mireille une chanson bouleversante en hommage au Butch, qu'elle enregistre à chaud : L'Américain.
C'est fini, la "petite" ne veut plus de manager. Elle conduire sa carrière toute seule ! [...]
Aidée par l'équipe de Stark (Nadine Joubert, Vincente Stark), mais également par sa soeur Matite qui la suite partout et peu à peu va reprendre les affaires en main, la "petite" repart courageusement. Or sans "Pépé Jo" l'aventure tourne à la retraite de Russie. La presse fait état du désarroi de Mireille Mathieu et parle de "trahison" et "mensonges" dans l'entourage de la chanteuse. Mireille elle-même confie : "Lorsque je m'en suir rendu compte, j'ai été complètement anéantie. Carrément KO. Exactement comme un boxeur sur le ring. A ce moment-là, j'ai ressenti le besoin de prendre du recul pour faire le point. Faire le ménage, aussi, autour de moi..."

[...] Un palais des Congrès en 1990, programmé avant la dernière farce du Boss, qui marchote mais dont elle n'a pas à rougir - quarante mille spectateurs en vingt-trois dates -, suivi d'un disque français (elle fait appel à François Feldman qui signe entre autres la musique et l'orchestration de Ce soir je t'ai perdu), un autre en espagnol et quelques galas en Scandinavie ; voilà à peu près tout de l'activité de Mireille Mathieu. En France, son image a pris un sérieux coup  de vieux, dont la disparition de Stark donne toute la mesure. Que faire ?
"Et c'est là qu'elle a commis sa seconde erreur, explique-t-on dans l'une de ces revues dites "à sensation", toujours très bien informées, avec lesquelles les artistes collaborent très souvent : à part sa famille, elle n'a plus voulu voir autour d'elle aucun des témoins, même les plus proches, de son bonheur passé. Elle s'est séparée du "cocon", de la précieuse Nadine Joubert, la fidèle collaboratrice de Johnny Stark depuis trente-huit ans.

Ceci nous permet de déduire que l'album "L'Américain" a été conçu peut-être en partie avec Johnny Stark pour certains titres, mais certainement avec l'ancienne équipe constituée, entre autres de Nadine Joubert, Vincente Stark et Matite.

N.B. - "Avignon" a consacré un article à au CD "L'Américain" daté d'avril 2012 (cliquez ici). 

emmanuel bonini,la véritable mireille mathieu,l'américain,cd

"De Gaulle" est une chanson extraite du CD "L'Américain"

 

22/12/2011

Emmanuel Bonini

Paris octobre 2008 BONINI 013.jpgEmmanuel Bonini m'avait amicalement invité à fêter au quai Malaquais (Paris), la sortie de son livre Piaf, la vérité, le 13 octobre 2008. Il a commenté sur Facebook la photo que j'avais prise lors de la visite surprise de Mme Danielle Mitterrand.

La dernière sortie parisienne de Danielle Mitterrand. Pierre Devigne, son ami, le mien, (au milieu sur la photo) qui organisa ma soirée Piaf sur la péniche-théâtre "Métamorphosis" l'avait invitée parce qu'il savait que je tenais absolument à la rencontrer. Je n'oublierai jamais l'intensité de son regard, sa luminosité. Pourquoi elle? Pourquoi cette femme sur le départ? Aujourd'hui je sais.

Emmanuel Bonini est l'auteur de plusieurs biographies dont celles de Tino Rossi, Joséphine Baker, Dalida, Sylvie Vartan, Mireille Mathieu, Edith Piaf et Jean-Jacques Goldman. Il a également consacré un livre à Mme Brigitte Bardot "Par amour... et c'est tout".

 EMMANUEL BONINI LIVRES.jpg

Emmanuel Bonini, livre, photo

emmanuel bonini,livre,photo

Message sympathique d'Emmanuel Bonini à l'approche de ce Noël de restrictions en Belgique...
 
Je dois beaucoup à [Ricochet] pour ma biographie de Mireille Mathieu. Lui et Raoul Colombes (ancien maire-adjoint d'Avignon et levier initial de la gloire de Mireille ), m'ont fourni la matière noble qui a fait de ce bouquin un livre de référence. L'intelligence de [Ricochet], son intégrité, son recul et sa passion communicative pour la chanson m'ont beaucoup apporté. A charge de revanche !
 
(Après ce que vous m'avez écrit plus bas, cher François de Fribourg, vous comprendrez que ma modestie vient de prendre un sacré coup.)

 
emmanuel bonini,livre,photo
François. - Cher Ricochet ! La modestie ne doit pas cacher la vérité ! Ce commentaire vous le méritez ! Certes il n'est pas toujours aisé d'assumer stoïquement des phrases élogieuses mais quand elles expriment ce qui est, il faut l'accepter ! Cela m'a touché de voir mon petit message affiché sur votre blog ! Amicales salutations.

Ricochet @ François. - Oui, mais... il faut aussi tenir compte de la gentillesse de l'auteur.

00:20 Écrit par JCF | Commentaires (1) | Tags : emmanuel bonini, livre, photo |  Facebook |

10/11/2011

Brigitte Bardot, par amour... et c'est tout

ebBB.jpgQui ne serait heureux d'être l'ami de Brigitte Bardot et d'avoir écrit un livre en complicité avec la femme que Dieu eut le désir de créer ?

Emmannuel Bonini est un de ces heureux veinards dont le travail a été  salué par la presse et la télévision, notamment par web-tv-culture.

"Brigitte Bardot, par amour... et c'est tout", paru aux éditions Alphée, fêtait à sa façon les soixante-quinze ans de BB. 
Emmanuel Bonini est reconnu comme la star des biographies de célébrités comme Joséphine Baker, Romy Schneider et Edith Piaf, etc. Des ouvrages salués par la critique pour le sérieux et la minutie de son travail.

Dans "Brigitte Bardot, par amour... et c'est tout", l'auteur s'efface pour laisser parler le mythe des années 60-70. Par des témoignages exclusifs et au moyen d'archives privées, l'auteur dévoile une femme sensible, courageuse et attachante qui parle avec sincérité et authenticité.

Source : Web TV Culture
Photo : Emmanuel Bonini (Facebook) 

Interview d'Emmanuel Bonini : cliquez ici.
Présentation de Web TV Culture : cliquez ici.

***

Quelques films

- Le Trou normand (avec Bourvil)
- Babette s'en va t-en guerre (avec Francis Blanche) 
- Une Parisienne (avec Henri Vidal)
- Et Dieu créa la femme (avec Kurd Jurgens / J.-L. Trintignant)
- En cas de malheur (avec Jean Gabin)
- La Vérité (Paul Meurisse / Charles Vanel)
- Vie privée (avec Marcello Matroianni)

***

Pas de souvenir sans chanson. Voici donc "La Madrague",
un véritable tube de BB. Préparez vos mouchoirs...

 

30/10/2011

A une chanteuse morte - Léo Ferré

léo ferré,chanteuse morte

Emmanuel Bonini nous parle de cette chanson dans son livre "La véritable Mireille Mathieu" (pp. 121. 122, 123)

Dans Lettre à une chanteuse morte le nom de Mireille Mathieu n'apparaît qu'en filigrane. Celui de "Pépé Jo" [n.d.r. Johnny Stark] en revanche... Ferré et Mireille étant sous contrat dans la même maison de disques, en l'occurrence Barclay, celui-ci prendra-t-il le risque de se mettre à dos le grand Butch [n.d.r. Johnny Stark] en éditant la chanson du poète anarchiste ? Bien entendu, chacun des deux compères se défendra toujours d'avoir été à l'origine de la censur du Roi Léo.
"Cette affaire ne me concerne pas, déclara Stark, dans Paris-Jour. Je ne suis au courant de rien. Je suppose que Léo Ferré avait envie de se payer un petit coup de publicité. Vous voyez, même lui a besoin de moi ! En tout cas, il a très bien réussi son affaire [avec cette chanson]. C'est génial !"
[...]
Il nous faut admettre que l'atout Piaf surtutilisé par Stark pour lancer sa nouvelle recrue dans la compétition - une manière de collé fondu entre Mireille et la "Môme", leur puissance de voix égale, leurs frêles et minuscules silhouettes ressemblantes et leurs origines populaires communes - ne pouvait prêter qu'à l'équivoque.
Un transfert à double tranchant dont Mireille est la première "responsable pas pas coupable" et sur lequel Stark a surfé un temps, avant de songer à redresser intelligemment la barre. Le vieux baroudeur comprit très vite que, pour devenir elle-même, la gamine se devait de dépouiller de sa petite robe noire, de divorcer d'avec son fantôme et d'aborder un répertoire qui ne soit pas une "reconstitution historique". >
"J'étais parvenue à un tel mimétisme avec mon idole que je ne me croyais pas capable de faire autre chose, devait admettre Mireille Mathieu. Ce fut sur le coup une des plus grandes désillusions de ma vie." [Christian Page, Mireille Mathieu, p. 46]     

On t’a pas remplacée bien qu’on ait mis l’ paquet
Le pognon et ton ombre, ils peuvent pas s’expliquer
Sous les projos miracle et sous la lampe à arc
Quoi que pense et que dise et que fasse monsieur Stark

léo ferré,chanteuse morte,stark,bonini,emmanuel bonini,barclay

Jchrbe. - Cet hommage en demi-teinte n'est pas ma préférée de Léo : mélodie faible, voix mal assurée... mais images fortes et critiques à peine outrées sur l'opportunisme (je dis bien: -isme) qui a lancé Mireille Mathieu. Pour une fois, je comprends Barclay, même s'il devait en parler d'abord. Mais... discuter avec Ferré ? De quand date «Monsieur Barclay» ?

Ricochet @ Jchrbe. - La chanson date de 1967.

18/10/2011

Spécial Emmanuel Bonini & Jean-Jacques Goldman

JJGBONINI.JPG

Emmanuel Bonini entretient un contact amical avec le bog "Avignon" depuis 2005. C'est donc avec plaisir que je vous présente sa toute nouvelle biographie : "Jean-Jacques Goldman, le vent de l'histoire", un livre préfacé par Roland Romanelli.
 
Remarqué par Bernard Pivot dès sa première biographie sur Joséphine Baker, Emmanuel BoninI également romancier, est un auteur d’investigation rigoureux et passionné, doté d’une plume exigeante.

Cet admirateur de la première heure, fort de sa correspondance passée avec Goldman se propose d’éclairer sous un jour nouveau le destin de ce monument de la chanson française.
 
Jean-Jacques Goldman a soixante ans !
Auteur-compositeur-interprète, mais aussi arrangeur, éditeur, producteur, parolier, et même chef d’orchestre des Restos du Cœur, il se montre aussi à l’aise dans l’ombre que dans la lumière.
Cet éternel adolescent solitaire devenu un père de famille nombreuse reste l’anonyme le plus célèbre de France. Ses parents, deux immigrés d’origine juive, profondément communistes et athées, l’élèveront en banlieue parisienne comme un petit bourgeois, nourri de valeurs humanistes. Secret et pudique, d’apparence docile et enclin au mystère, la lecture devient un refuge, la musique une seconde peau. Violon.
Piano. Guitare. Premiers groupes Rock. Après des études en commerce et un mariage réussi, socialement établi, il frôle le succès avec Taï Phong, ce qui fait naître en lui l’espoir d’une reconnaissance solo. Quand elle survient, de manière brutale, inattendue et définitive, sa maturité, son équilibre et son intelligence lui permettront de la dompter d’emblée en fixant ses règles vis-à-vis du public et des médias.
 
Le livre peut être commandé sur amazon.fr (cliquez ici). 
 
Emmanuel Bonini vous présente son ouvrage "Goldman, le vent de l'histoire".

Emmanuel Bonini est l'auteur de plusieurs autres livres, dont des biographies.
Web TV culture l'avait remarqué pour deux ouvrages :
"Piaf, la vérité" (2008)
- "Par amour... et c'est tout " (2000 - en collaboration avec Brigitte Bardot)

 

 

livre,jean-jacques goldman,emmanuel bonini,bonini,emmanuelInterview de Emmanuel Bonini par la Dernière Heure (journal belge)
 

GOLDMAN : "UN HOMME QUI SAIT CE QU'IL VAUT !"

Pas d’album nouveau pour les 60 ans de Goldman, mais une nouvelle biographie

BRUXELLES. - L’unique actualité pour les 60 ans du chanteur est une biographie, Jean-Jacques Goldman, Le vent de l’Histoire, signée par Emmanuel Bonini qui, lorsqu’il était un jeune fan, en 1982, eut une correspondance avec le chanteur. Mais, en 2010, lorsque l’auteur se mit à travailler sur ce livre, Goldman resta fidèle à ses principes de non-participation : “Je m’en doutais. Il a toujours été très frileux face à ce genre d’initiatives. Il considère qu’un chanteur ne mérite pas une biographie.”

Son père est un juif polonais communiste. Mais la famille que vous décrivez semble plutôt bourgeoise.

“Goldman l’a dit lui-même : J’ai été élevé comme un petit-bourgeois. Ce n’est pas parce qu’on est communiste qu’on doit vivre comme un clochard. Ces gens ont aussi envie d’argent et de sécurité.”

Il y a quand même le cas de son frère, Pierre Goldman, qui a été un révolutionnaire, puis un gangster et qui a fini assassiné en rue…

“Ils étaient demi-frères. Ils n’avaient pas la même mère et celle de Pierre était une pasionaria à grosse souche. Pierre Goldman avait été un enfant déjà fragile et, au lieu de l’apaiser, sa mère a fait le contraire. Je pense que c’est un homme qui n’a pas eu de chance.”

Il semble que Jean-Jacques, lui, ait perçu plutôt le côté solidarité de cet héritage communiste…

Je ne le vois pas comme quelqu’un de très généreux. Il y a les Restos du Cœur, bien sûr. Mais il n’y met rien de sa poche et, par ailleurs, le rendez-vous des Enfoirés est un tremplin médiatique extraordinaire. Par contre, je pense que quand il aime quelqu’un, comme Patrick Fiori, par exemple, Goldman peut l’entourer, l’aider et le conseiller.”

C’est quelqu’un qui a une réflexion sur la vie…

“Sans aucun doute. Il a un discours qui est fluide et certainement honnête. Mais il est capable aussi de dire une chose et son contraire. Ce sont d’ailleurs dans ses contradictions qu’on trouve le moyen de savoir qui est le vrai Jean-Jacques Goldman. Il peut être humble, mais certainement pas modeste. C’est un homme qui sait ce qu’il vaut. On parle de son manque supposé d’ambition, mais quand il a fallu avoir de l’audace, il en a eu. Le dernier round, c’est toujours lui qui l’a remporté. C’est un homme qui en voulait ! Mais, par la suite, ses discours ont aussi été parfois vainement vindicatifs, avec des saillies révélatrices. Goldman est un cérébral. Je crois qu’il se fait facilement des salades de crâne. Et il porte sur son visage creusé les traces des difficultés qu’il a vécues à ses débuts et le poids des trahisons.”

Il en a affronté beaucoup ?

“Oui. Beaucoup d’attaques, notamment dans la presse. Il dit qu’il a du mal à gérer tout l’amour qu’on lui porte mais qu’il vit très bien avec la haine. Ce doit être vrai. Il peut haïr ceux qui l’ont attaqué autant qu’ils le haïssent. Mais, en même temps, il reste un homme très fragile. Je crois qu’inconsciemment, il en veut beaucoup à ceux qui lui ont refusé des chansons à ses débuts et qui, aujourd’hui, rampent à ses pieds pour en avoir une.”

Vous dites qu’il a modifié la manière de chanter de Céline Dion.

“Elle a dit : Jean-Jacques m’a appris à déchanter. Je crois que la grande qualité de Goldman a toujours été de sentir les tendances, d’être à l’affût, de savoir quand quelqu’un en fait trop… Mais il aime les voix. Il a écrit pour Hallyday, pour Maurane, pour Fiori… Et c’est quelque chose qui l’épanouit tout à fait. Goldman, c’est quelqu’un qui aime cette cuisine-là.”

Interview Eddy Przybylski (Dernière Heure 2011 - cliquez ici)

livre,jean-jacques goldman,emmanuel bonini,bonini,emmanuelAxelle. - J'ai lu ce magnifique livre. Bravo Emmanuel, vous avez fait un travail formidable et on sent a travers vos pages toute l'estime et l'admiration que vous avez pour lui... comme nous ! On comprend mieux le personnage que l'on devinait dejà dans ses chansons. Une petite note : Alter veut dire ancien en yiddish et pas mojse, Moche étant Moïse (tiré de l'eau) en hebreux. Merci."

25/07/2011

Rosendael ou la Vallée des roses

Marcelle et Roger Mathieu.jpgRICORETROptf.jpgEn 1944, fuyant Dunkerque, la jeune Sophie-Marcelle Poirier débarque en Avignon. A la Libération, "dans un de ces petits bals de plein air, un soir, sous les flonflons de la place des Carmes, Marcelle croise un de ces charmeurs que l'on suit tranquillement et qui vous mènent devant monsieur le curé..." Pour l'état civil il est Roger Joseph Mathieu.

carte-avignon-seul.jpg

Un drôle d'univers sucré que Marcelle, la "chti", découvre et donnera à goûter à ses enfants ; toutes ces fleurs de Provence dont elle deviendrait la sève nourricière. A commencer par le premier d'entre eux, une fille, Mireille la bien-nommée en ce pays-ci. Marcelle et Roger dûment épousaillés, accordons à présent à l'enfant le droit de paraître.
Délaissée par sa génitrice dès après sa naissance dans un petit bourg du Nord - Rosendael ("La Vallée des roses") -, elle fut élevée à Dunkerque par sa grand-mère. A cette misère morale vint bientôt s'ajouter la symphonie délétère des canons et des bombes. En une nuit, en mai 1940, la vieille femme et l'enfant perdirent leur petite maison, ce refuge affectif qui avait redonné à Marcelle un sens à son existence. Pour la grand-mère, âgée de quatre-vingt-douze ans, ce fut l'hospice, puis la mort, quatre mois plus tard. Sans ressources, sinistrée et à nouveau orpheline, Marcelle tenta de retrouver sa mère en retournant dans le café où celle-ci était censée oeuvrer en qualité de serveuse. Volatilisée, cette chère maman.
La suite, nous la connaissons : Marcelle débarque à Avignon en 1944, dégote un premier emploi à la mairie où on lui confie le soin d'établir les cartes de tickets de pain, fait la connaissance de Roger, découvre émerveillée l'atelier de son beau-père, près du cimetière de la ville et, éprise autant que rassurée, se laisse épouser, puis devient mère pour la première fois.

Source : E. Bonini "La véritable MM" (Editions Pygmalion)

10/03/2011

D'un livre à l'autre

les 'piaf'.JPG

piaf la vérité.JPGDe nombreux livres consacrés à la chanson française voient le jour. Lorsque l'on est fan de Mireille ou de tout autre artiste, le premier réflexe est de voir ce que l'auteur a écrit à leur sujet. Dès lors vous ne vous étonnerez pas que j'en avais de même en octobre 2008 pour le livre d'Emmanuel Bonini "Piaf, la vérité" (Pygmalion/Flammarion - 2008).

Le livre de M. Bonini étant entièrement consacré à Piaf et sa vie tumultueuse s‘il en est, c'est aux dernières pages de l’ouvrage que Mireille et d'autres "ombres de la grande Edith" sont évoquées de façon clairvoyante, bien que laconique pour un livre si épais. Mais le sujet étant Edith Piaf, il ne pouvait en être autrement.

Le portrait de la demoiselle d’Avignon dans "La véritable Mireille Mathieu" du même Emmanuel Bonini, paru en 2005, est-il conciliable avec celui de la Mathieu dessiné à gros traits dans "Piaf, la vérité" ? Il est probable qu'un compliment sur le moineau d'Avignon aurait été mal perçu par les admirateurs de Piaf qui sont le public cible pour cet ouvrage… et que cela aurait pu mener notre auteur à un second boycott bien plus retentissant que celui de la cuvée Mathieu 2005 ; car que ce soit côté Piaf ou côté Mathieu, les fans extrémistes sont impitoyables vis-à-vis de ceux qui osent mettre leur star sous le projecteur de la vérité et font table rase des clichés qui l'accompagnent. Le marketing justifierait donc à lui seul cette complaisance.

dyn006_small150_189_297_jpeg_49341_5d819b65131e54e04fddbab67393158a.jpgLes lecteurs attentifs de "La véritable Mireille Mathieu" se souviendront des compliments adressé par l’auteur à notre demoiselle où le manager, Johnny Stark, faisait l'objet d'un admiration assez profonde - du moins sur le plan professionnel. Dans "Piaf, la vérité". Mireille Mathieu côtoie Fauvette, Betty Mars ; Michèle Torr, Simone Langlois et Nicole Croisille ne sont pas non plus oubliés. La grande absente est Martine Baujoud, un nom qui a compté aussi dans le monde de la chanson, mais pas assez longtemps sans doute.

Toutes ces artistes bénéficient d'un petite phrase tantôt douce, tantôt assassine qui mène droit au constat on ne peut plus vrai : malgré les gros moyens mis en oeuvre pour trouver une nouvelle Piaf, la Môme n'a jamais eu de successeur. Johnny Stark, prend quant à lui le bouillon avec plein cadavres sur la conscience… Mais rassurez-vous, Mireille y est mieux servie.

Le site de Philippe "Aujourd'hui" présentait il a quelque temps la couverture du livre "100 ans de la chanson française " de Louis-Jean Calvet (Editions de l'Archipel - 2006). Je me suis aussitôt souvenu de l'existence de l'article consacré à Mireille dans ce livre et me suis « amusé » de le relire.

georgette lemaire,michèle torr,simone langlois,johnny stark,emmanuel bonini,edith piaf,livresCe qu’on y apprend est parfois édifiant, ainsi Mireille Mathieu, qui serait née en 1947 (sic), "étonne par sa neutralité" et son "côté absent". Ses émotion et ses gestes passeraient "comme une succession de commandes mal exécutées". Mireille aurait également fêté ses 40 ans de chanson dans une indifférence généralisée.

Tout artiste, aussi bon ou mauvais soit-il, ne pouvant selon moi être remplacé, il peut tout au plus être imité. Nos fantaisistes ne s'en privent d'ailleurs pas. Mireille Mathieu a-t-elle jamais voulu remplacer Piaf ? Je ne le pense pas car comment vouloir remplacer quelqu'un que l'on admire ? Cela ne signifie pas que Mireille n'a pas eu l'ambition d'atteindre les sommets du music-hall à l’image de Piaf - et elle y est arrivée… sans être Piaf.

Piaf ne sera jamais remplacée ; Damia ou Fréhel ne l'ont jamais été non plus. Cela devrait nous réjouir, car si nous aimons un artiste c'est pour ce qu'il est et non en mémoire d'un « cher disparu ». Un artiste n’en remplace pas un autre dans nos cœurs, il s’y ajoute.

QLFCaj.jpg

06/03/2011

Réception au quai Malaquais (2008)

dyn008_original_297_489_pjpeg_2642260_117cc2eca7dbb6f53aa58b3b0f1ca91a.jpgEmmanuel Bonini a passé trois années sur les traces d'Édith Piaf

PARIS. - Même sa mort fut une mise en scène. En réalité, Édith Piaf est décédée le 10 octobre 1963, à Grasse, dans le sud de la France. Son corps fut ramené aussitôt dans son appartement du boulevard Lannes à Paris. C'est le 11, voici quarante-cinq ans aujourd'hui, qu'on annonça une nouvelle qui allait émouvoir tout un pays.

Et quarante-cinq ans plus tard, Emmanuel Bonini signe, chez Pygmalion, une biographie monumentale, Piaf, la vérité. "À l'origine, Piaf est un personnage qui ne m'attirait pas. Je la trouvais sombre et j'aime ce qui est lumineux. Je sortais d'une biographie de Mireille Mathieu et j'ai été contacté par des gens qui avaient été étonnés de ce que je sache autant de choses qui n'avaient jamais été dites. Ils m'ont dit : "Si vous voulez travailler sur la plus grande, tout le matériel est chez nous ! "J'ai fini par accepter et, à mon grand étonnement, ce travail de trois ans m'a fait rencontrer un personnage attachant. Piaf m'a fait entrer dans une autre dimension. J'ai éprouvé des sentiments que je n'avais jamais ressentis en travaillant une biographie. Par exemple, j'ai beaucoup ri, en écrivant. Et maintenant, je l'aime, cette enfant. Car Piaf est restée une enfant."

Vous comprenez maintenant les hommes qui ont été amoureux d'elle ?

"Bien sûr ! Ce n'était qu'un petit bout de femme d'un mètre 47, mais au début, avant que la maladie ne la déforme, elle était mignonne. Et puis, s'il est vrai que, parmi les hommes de sa vie, il y eut des arrivistes, ce n'était pas le cas de tous. Montand l'a vraiment aimée. Il était fou de Piaf. Il a beaucoup souffert de leur séparation. Et même devant Simone Signoret, il évoquait la douceur de sa peau. Et Sarapo, qui était homosexuel, l'a aimée à sa manière. Il a toujours été très bien avec elle."

Vous avez eu accès aux dossiers des Renseignements généraux...

"Qui confirment que, sans aucun doute, Piaf a sauvé des gens pendant la guerre. Beaucoup de Juifs notamment. Elle a aussi fourni de faux papiers qui ont permis l'évasion de prisonniers de guerre. Et cela ne l'a pas empêchée d'avoir des ennuis à la Libération. J'ai aussi été le premier à avoir accès aux archives privées de celle qui fut, pendant dix-huit ans, sa secrétaire, Danielle Bonel. À la Bibliothèque nationale, j'ai retrouvé sa correspondance avec Jacques Bourgeat, qui, entre 1946 et 1959, fut son confident : elle lui disait tout. Piaf avait son caractère, elle était capable de tout, mais c'était une fille de pureté, d'une générosité totale, qui, a par exemple, cherché à aider d'autres chanteuses comme Rina Ketty ou Dalida. Piaf est restée jusqu'à la fin ce qu'elle était avant d'être célèbre. Une énorme naïveté mais aussi l'instinct infaillible des grands fauves. J'ai retrouvé des documents extraordinaires. Où elle raconte, par exemple, à quel point elle a été déçue par l'abbé Pierre. Elle croyait rencontrer un homme de Dieu et elle eut le sentiment de se trouver devant une espèce de satyre du bois de Boulogne qui cherchait à lui arracher un baiser. Elle en fut très choquée. J'ai aussi rencontré beaucoup de témoins directs ou indirects comme le neveu de la première costumière de Piaf, celle qui a créé la fameuse robe noire."

Les scoops d'Emmanuel Bonini sont aussi iconographiques avec, par exemple, la photo de Cécelle, la fille d'Édith Piaf, morte d'une méningite, à l'âge de deux ans et demi.

Emmanuel Bonini, Piaf, la vérité, Éditions Pygmalion.

Propos recueillis par Eddy Przybylski
Journal "La Dernière Heure" - 11.10.2008.

2008, Edith Piaf, Bonini, Emmanuel Bonini, Piaf la vérité, Livre

2008, Edith Piaf, Bonini, Emmanuel Bonini, Piaf la vérité, LivreC'est sur la Seine ensoleillée, à bord du "palais flottant" Métamorphosis, qu'Emmanuel Bonini sa signé le lundi 13 octobre 2008, sa nouvelle biographie consacrée à Edith Piaf dont nous commémorions le 45e anniversaire de son décès. Nombreux y étaient les invités de prestige ; certains ont contribués, par leur témoignage, a faire de "Piaf, la vérité", un livre des mieux documentés qui soient sur la Môme.

A cette soirée participaient quelques journalistes, des gens du spectacle, de amis de Mireille Mathieu (eh oui...). J'ai pu converser longuement avec le papa de Pascal Auriat, Guillaume Biro, qui a évoqué Pascal Auriat, bien sûr, Johnny Hallyday, Line Renaud, Dalida, Pascal Sevran et surtout Mme Renée Saint-Cyr, la maman de Georges Lautner.

Brigitte Bardot avait adressé une lettre jolie et émouvante à la fois qui, en quelque lignes trace le portrait d'une dernière rencontre la grande Edith et cautionne le travail accompli par l'auteur dont le livre.

Monsieur Patrick Divert, fleuriste parisien, m'a dit ô combien il aimait "notre" Mireille" en me montant une photo prise tout récemment. Monsieur André Schoeller, "l'amour secret d'Edith Piaf" et qui était pour elle son "exceptionnel", était également présent.

Sur les photos plus bas vous reconnaîtrez la petite fille de province, Charlotte Julian, et Mme Danielle Mitterand qui a honoré Emmanuel Bonini de sa présence surprise.

(M. Bonini m'ar permis de reproduire la lettre de Brigitte Bardot.)

2008, Edith Piaf, Bonini, Emmanuel Bonini, Piaf la vérité, Livre

04/03/2010

La véritable Mireille Mathieu (Emmanuel Bonini)

41BECVEKGKL__SS500_

Le Mot de l'éditeur

Novembre 1965 : sa voix, son visage et son nom deviennent célèbres en un instant grâce à la télévision où elle remporte la finale du Jeu de la chance, ancêtre de la Star Academy. Elle a 19 ans. Aînée de quatorze enfants, issue d'une famille modeste d'Avignon, elle se retrouve l'héroïne d'un conte de fées. Pour les nostalgiques d'Edith Piaf, disparue quelques mois plus tôt, elle apparaît comme une réincarnation. Et c'est sur ce souvenir que sa carrière grandit peu à peu avant qu'elle ne forge sa véritable image grâce à un magicien nommé Johnny Stark. Ce grand imprésario lui apprend tous les secrets du métier. Sans jamais renier les principes hérités de ses parents mais au prix de nombreux sacrifices et d'un travail forcené, elle réussit à trouver son style propre et, encouragée par des artistes comme Maurice Chevalier et Tino Rossi, elle s'impose au tout premier rang parmi les chanteurs préférés du public français. Pendant vingt-cinq ans, elle ne quitte pas les hit-parades et la télévision et reçoit une quantité impressionnante de récompenses à l'étranger où elle représente de manière idéale " la chanson française ". Son buste est choisi pour devenir une Marianne de la République. Cependant, la modestie et la timidité qu'elle révèle au cours de ses interviews ne la mettent pas à l'abri des caricatures. Après avoir interrogé de nombreux témoins, Emmanuel Bonini retrace le parcours de cette longue carrière et tente de mettre à jour les secrets d'une personnalité beaucoup plus riche qu'on ne croit.

Biographe spécialise dans les personnalités du spectacle, Emmanuel Bonini a déjà publié chez Pygmalion dans la collection La Véritable : Joséphine Baker, Romy Schneider, Sylvie Vartan, Tino Rossi et Dalida. Dernières parutions : Edith Piaf et Brigitte Bardot. 

livre-brigitte-bardot-par-emmanuel-bonnini--1-   untitled

01:25 Écrit par JCF | Commentaires (0) | Tags : livres, bonini, emmanuel bonini, 2005 |  Facebook |