10/08/2017

FR 3 - vendredi 11 août (23:50) - Les Carpentier

carpentier-ouv.jpg"L' âge d'or des variétés".
Les Carpentier n° 2.
Documentaire de Grégory Draï (Fr, 2016). 16/9

FR2 - 11.08.2017 - 23:50

A travers ce documentaire qui voyage dans le temps de notre petit écran, Maritie et Gilbert Carpentier nous font revivre l'âge d'or des variétés.

C'était une époque bénie, qui de nos jours n'existe plus trop à la télévision. Celle où les artistes venaient se produire tous les samedis soirs dans la petite lucarne. Entre mélodies connues de tous, anecdotes, souvenirs de tournage et secrets de fabrication, la famille Carpentier se reforme le temps d'une soirée et d'un documentaire.

dyn007_original_282_403_pjpeg_2576566_54426b57a11c247b72e4235107e6007c.jpgLe couple a en effet donné ses lettres de noblesse aux variétés en produisant des émissions (Les grands enfants, le Sacha Show, To à..., Numéro 1) toutes couronnée de succès. Chaque samedi, un nouveau spectacle prenait vie sous les projecteurs du célèbre studio 17 des Buttes-Chaumont.

Le documentaire se propose de retracer l'histoire de ces rendez-vous cultes à travers les témoignages d'artistes et membres de la production. Bonjour la nostalgie et les larmes pour ceux qui ont connu cet âge d'or des variétés avec les vedettes de l'époque : Charles Aznavour, Mireille Mathieu, Serge Lama, etc. Les autres auront plus de mal à s'y retrouer, le documentaire présentant une succession de plus de trois heures d'extraits et d'archives forcément  datés.

Heureusement, le couple Carpentier a aussi proposé des pépite durant ces 20 années passées à la télé. Comme cet improbable duo entre Eddy Mitchell et Donna Summer en 1977 et l'apparition pour le moins inattendue des Jakson 5 alors tout jeunes.

Source : DH.BE/Télé - R.-YP.

 

21:33 Écrit par JCF | Commentaires (0) | Tags : carpentier, télévision |  Facebook |

03/12/2016

Maritie et Gilbert Carpentier

mmtopa.jpgMaritie-et-gilbert-carpentier.jpgUn couple mythique

Maritie et Gilbert Carpentier ont commencé leur carrière à la radio, à RTL, en 1955 comme animateurs. Dès 1961, la RTF fait appel à eux pour produire des émissions de variétés. Des années 1960 aux années 1980, ce sont des années fastes. A partir de 1986, les Carpentier mettent sur pied des émissions exceptionnelles, comme en 1997, avec "Mes amis, mes amours" en hommage à Charles Aznavour sur France 2. Le revival actuel de leurs émissions est le fruit des rediffusions assurées sur le câble par Canal Jimmy ou TéléMelody.

Le premier des "Top à..."dyn006_original_248_356_pjpeg_2576566_cc1578ba5869f9157c9a9d7f032a7b99.jpg

C'est dans la continuité du Sacha Show que les Carpentier veulent inscrire leur nouveau concept : pour cela, ils n'hésitent pas. Ils ont chois de consacrer leur premier "Top à..." à Mireille Mathieu, qui - cela ne s'invente pas - est diffusé, le 1er avril 1972. Le choix de l'héritière d'Edith Piaf et concurrente de Georgette Lemaire était un risque pour les producteurs. Non pour la qualité de la voix, mais pour l'efficacité de sa présence physique devant les caméras. Et pourtant, même si la jeune fille d'Avignon n'a rien à envier question coffre elle parvient à donner la réplique à Jean Piat dans un sketch intitulé "Une lettre bien tapée". Reste que Mireille Mathieu n'est jamais aussi bonne que lorsqu'elle chante seule et l'émission s'achève sur un mini-tour de chant, quatre chansons, qui ravit tous les fans, de plus en plus nombreux, de la vedette découverte en 1965.

3dUEkfLnW3E.jpg632b1a4288d91388aeaa7c48bc3ce0b6.jpg"Numéro 1"

En avril 1975, à la suite de la réorganisation de l'ORTF en plusieurs sociétés indépendantes, les producteurs Maritie et Gilbert Carpentier passent d'Antenne 2 à TF1.
Malgré ce changement d'employeur, ils poursuivent l'aventure des "Top à..." sous l'appellation "Numéro 1".

Les plus grands artistes viennent y présenter leurs nouveautés, mais surtout s'y amuser, jouer dans des sketches, se déguiser, chanter et danser les titres des copains, provoquant des rencontres mémorables, loin de tout ostracisme. Ici pas de chapelles : Cloclo chante en duo avec Gilbert Bécaud, Yves Duteil avec Nana Mouscouri, Julien Clerc avec Mireille Mathieu...

Source : "Les fabuleuses années 60-70" (CYEL Editons)

"TOP A..." Mireille Mathieu - Emission complète(1974)

17/11/2012

Dallas à Paris

mireille_mathieu_patrick_duffy-together_were_strong_s_1.jpgDans son livre Merci les artistes, Maritie Carpentier raconte :

Très grand, portant chapeau de cow-boy, chemise à carreaux et lacet de cuir pour nouer son col, Patrick Duffy, plus connu en France sous le nom de Bobby Ewing, le frère de J.R. dans Dallas, débarque à Roissy où nous l'atendons avec des photographes. Il tient ostensiblement par le cou une petite femme blonde qu'on n'aurait pas remarquée s'il ne l'avait pas serrée aussi farouchement contre lui, et si elle n'avait pas fait... la tête - pour rester polie. Photos, interviews, champagne dans le salon des VIP, puis Stark emmène en limousine le héros du jour et l'on se retrouve le lendemain au studio.

Patrick Duffy, Carpentier Là, le réalisateur s'aperçoit que le duo Mireille et Bobby n'est pas cadrable : ils doivent bien avoir trente ou trente-cinq centimètres de différence. On apporte donc un cube de cette hauteur, on y juche Mireille, et cela devient un gag assez touchant : le géant et lapetite Française ! Mais Mireille ne rit pas du tout ; elle demande à nous voir et dit :

- Je ne peux pas être dans les bras de Patrick Duffy et jouer les amoureuses avec sa femme qui ne me quitte pas des yeux et me foudroie du regard. C'est insupportable.

Nous avons eu le fin mot de l'histoire : les Duffy avaient lu dans l'avion un journal français, bien connu pour aimer les ragots et les potins, lequel annonçait une love story de Mireille avec le héros de Dallas venu la rejoindre à Paris ! Gilbert [Carpentier] a eu la bonne idée : puisque  Mme Duffy avait demandé des adresses de boutiques et de grands magasins, il fallait qu'un assistant lui propose de l'emmener faire ses courses "avant les embouteillages de fin de journée" et qu'ils partent tout de suite. Miracle ! Elle accepte et, à son retour, tout était dans la boîte : chansons et enchaînements.

Quant à l'émission, diffusée le samedi suivant, elle a battu les records d'audience, égalant même l'indétrônable Tino Rossi.    

patrick duffy,carpentier

22:15 Écrit par JCF | Commentaires (0) | Tags : patrick duffy, carpentier |  Facebook |

16/11/2010

Madame ci Madame ça

img857.JPGRICORETROptf.jpgDans le livre d'Emmanuel Bonini "La véritable Mireille Mathieu", j'aime le passage (p. 143) où Jacques Chazot évoque une des émissions des Carpentier. Juliette Gréco et Barbara attendent leur tour pour répéter leur numéro en duo, tandis que Mireille répète encore sa partie.
Les dames se perdent en "Madame" et finissent par se tutoyer... grâce à Mireille qui, par sont perfectionnisme têtu, les exaspérent au possible en occasionnant un léger retard de passage.

Cette scène est digne d'une bonne pièce de bou(le)vard où de Molière ; une  scène galante entre dames du monde, comme l'aurait arrangée Robert Manuel, l'ancien professeur de diction de Mireille.

Mais que cela ne nous empêche pas pour autant de saluer le merveilleux répertoire de Barbara et de Juliette Gréco.

(Lithographie de Pecnar)

la plume légère.jpg

Ch. G. - J'adore ce passage, car Mireille arrive du Mexique et repart à Londres alors que les deux "aigles noirs" attendent qu'elle termine sa prise ! L'une voyage, les deux autres restent sur place ! Il y a comme un contraste... en faveur de Mireille, même si j'adore Barbara et que je considère les chansons de cette dernière comme des petits trésors...

Bregido. - J'aime beaucoup aussi. Cela montre bien, une fois encore que Mireille a toujours été atypique, et je crois que nous l'aimons aussi pour ça... Mireille n'est pas qu'une voix, comme certains détracteurs le prétendent... C'est vrai aussi que J. Gréco et Barbara sont deux immenses artistes (dans un genre complètement différent).