18/04/2017

Joséphine Baker - Biographie

jb.jpgTitre : La Folie Joséphine Baker
Auteur : Ean Wood
Editeur : Serpent à plumes
Sortie : octobre 2001
Commande via amazon : cliquez ici.

Etonnante carrière que celle de Joséphine Baker ! Et comme le début de carrière de Mireille peut sembler pâle comparé au sien ! Mais peut-être est-ce là un bonheur pour notre Demoiselle, s'il tient la promesse d'une fin plus heureuse que celle Miss Baker, une femme attachante, imprévisible, idéaliste, et aussi généreuse que chaleureuse.

Josephine Baker peut désormais être considérée comme la première star noire de l'Histoire. On la retrouve au croisement de tous les grands courants artistiques du début du XXe siècle, dans les capitales de l'époque - New York, Paris, Berlin -, incarnant soudain les aspirations des créateurs les plus novateurs. Peintres, sculpteurs, photographes et autres collectionneurs d'art africain, créateurs de mode, directeurs de ballet, de théâtre et de comédies musicales se bousculent pour la mettre en scène, l'habiller, la déshabiller, la photographier, la dessiner, la faire chanter et l'applaudir.

En phase avec les nouvelles musiques, avec les idées naissantes de libération de la femme et les mouvements anti-racistes, elle est annonciatrice de l'explosion créatrice afro-américaine du XXe siècle.

Un peu plus de vingt-cinq ans après sa mort, la petite Josephine, née Carson dans un milieu humble de descendants d'esclaves noirs de Saint-Louis, Missouri, est devenue une légende, une des figures internationales parmi les plus populaires que l'humanité ait connues.

Subversive, rebelle, visionnaire : telle fut Josephine Baker.

L'auteur, Ean Wood, est né en Irlande. Scénariste et réalisateur de documentaires, il est également l'auteur de George Gershwin, his life and music.
 
Quelques avis de lecteurs concernant l'ouvrage de Ean Wood : 
 
* Un superbe ouvrage permettant de revenir sur la vie de la première star black du Paris des années folles : idéal pour tous les amateurs de biographie et de découvertes !
* La meilleure biographie sur cette artiste. Son histoire se dévore de page en page. C'était une personne avec des valeurs très modernes et engagées.
* Biographie très précise, je la recommande, l'une des seules bonnes biographies n'ayant pas été écrites par un membre de la famille.
* I was completely taken in with the life of Ms. Josephine Baker's. Being from St. Louis myself, I was taken back to the streets that she and I could have crossed in passing. The author did a masterful job chronicling her life, from beginning, as a little black girl in segregated St. Louis, to the illustrious icon that dazzled Paris in the early twenty's. Colorful and exciting, is how I would describe this book and I thoroughly enjoyed reading the life story of this brilliant icon.
 
Source : Amazon (cliquez ici).
 
joséphine baker,livre,biographie,ean wood,emmanuel boniniEmmanuel Bonini a également consacré une biographie à Joséphine Baker : "La véritable Joséphine Baker". Le magazine Platine écrivait à cette occasion : Une fois par an, une biographie d'artiste est un événement. Celle-ci fut celle de l'an 2000. Écrite avec passion mais sans concession, cette bio aux allures de roman est pourtant une merveille de précision. Parfaitement rythmée par les successifs témoignages des compagnons du parcours de la première vedette de couleur du show-bizz, elle tomba à point pour commémorer les 25 ans de sa disparition, les 75 ans de sa carrière. On y parle de tout : des qualités comme des défauts de la chanteuse et de sa famille... Rien n'est dissimulé et pourtant le mythe subsiste. C'est certainement ce qu'il y a de plus fort dans cet ouvrage : la capacité à ne rien occulter sans pour autant briser le rêve... À l'issue de la lecture, gageons que vous finirez comme moi, chantant à tue-tête dans la salle de bains "J'ai deux amours, la chanson et Joséphine..." (J.-P. P. - Platine).
Livre en vente sur amazon (cliquez ici). 
 

08/11/2016

Dalida - Mémoires

41NW2RGQKgL__SX319_BO1,204,203,200_.jpg

"Dalida - Mon frère tu écriras mes mémoires"
Editeur Plon - 512 pages
Sortie : 3 novembre 2016 

Avant propos

Philippe, du site Aujourd'hui je reviens", signale que ce livre est une réédition (mot pour mot) de celui de 1995, il y a donc 21 ans.
Cela dit, l'ouvrage est prosthume, et comme la mémoire d'Orlando devait être meilleure en 1995 qu'aujourd'hui, les fans de Dalida n'auront pas l'inconfort de lire des mémoires altérées par le temps.
Qui dit biographie officielle dit silence sur ce qu'il est préférable de taire. D'où l'utilité des éditions non officielles qui fournissent les éléments indispensables permettant de mieux cerner, s'il se peut, la personnalité de cette artiste qui ne nous a jamais vraiment quittés.

Présentation de l'éditeur

Dalida, par sa façon de traverser l'histoire, d'en illustrer les changements, est une véritable héroïne de notre temps. La petite fille aux grosses lunettes née dans un faubourg populaire du Caire devient Miss Egypte, puis "Mademoiselle Bambino', la reine des juke-boxes. Son répertoire s'élargit aux grandes chansons à textes, ce qui lui vaut le surnom de "Callas des variétés'. Star de cinéma, meneuse de revues à grand spectacle, Dalida s'entoure aussi à la ville d'amis importants, comme François Mitterrand ou plus tard Jacques Chirac. Son suicide est un événement qui en fait par-delà la mort une icône pour la France entière. 

Biographie de l'auteur

Catherine Rihoit est romancière et journaliste, auteur de plusieurs biographies. Orlando, de son vrai nom Bruno Gigliotti, est un producteur de renom, frère cadet de Dalida.

DALIDA, A LA VIE, A LA MORT
Par Martine de Rabaudy ("L'Express")

Catherine Rihoit, biographe appliquée, prête sa plume au frère de l'idole regrettée.
Pour parvenir jusqu'à elle, c'est vrai, il n'existait d'autre voie que celle qui passait d'abord par lui: Orlando, son plus jeune frère. Il lui avait voué son existence de la même façon qu'un moine lie la sienne à Dieu. Témoin le titre à l'accent testamentaire de la biographie de Dalida par Catherine Rihoit: Mon frère, tu écriras mes Mémoires. 500 pages luxuriantes pour un être qui dépassa de peu 50 années. Mais qui rencontra tout ce qui fait d'une vie un destin: la lutte, la gloire, l'amour, la solitude et le suicide. 
Au commencement était une petite fille d'origine calabraise, née en Egypte. De l'adolescence assombrie par la perte d'un père adoré, elle gardera, à l'âge adulte, un inguérissable syndrome d'abandon, qu'aucun homme ni aucun succès ne pourra jamais apaiser. Douée d'une voix très tôt remarquée, acharnée au travail, aiguillonnée par une perpétuelle insatisfaction, consumée par une angoisse permanente, Dalida fut attirée par la mystique, suivit des cures psychanalytiques et, au bout du compte, épuisée, ne trouva plus comme porte de sortie que celle qui ouvre sur la mort.  
Ce que démontre avec force et compassion Catherine Rihoit, c'est la harcelante cohabitation de deux pôles: les lumières artificielles et le soleil noir intérieur qui la brûlait. C'est aussi grâce à son incessant combat que la farouche Yolanda du Caire s'est, au fil du temps, métamorphosée en une planétaire Dalida, vendant plus de 100 millions de disques, chantant dans toutes les langues, sur les scènes du monde entier. Surnommée à ses débuts Mlle Bambino, on l'appela ensuite la Callas des variétés.
Sa popularité sans frontières, elle la devait, comme d'ailleurs Marilyn, à cet irrésistible mélange de vamp et de bonne fille abîmée par une fêlure de plus en plus visible. Elle était l'illustration de l'implacable sentence formulée par une autre femme célèbre, Germaine de Staël: «La gloire est le deuil éclatant du bonheur.»  

18:38 Écrit par JCF | Commentaires (0) | Tags : dalida, livre, biographie, plon, 2016 |  Facebook |

21/08/2016

Coup de chapeau

100_0977b.jpgJuillet 2016 - Coup de chapeau à Mireille Mathieu par  Philippe Laxague, présentateur de l'émission "Croisière romantique" (RADIO PLURIEL).

Mireille Mathieu est une chanteuse de variétés française née le 22 juillet 1946 à Avignon (Vaucluse).

Elle est la fille de Roger et Marcelle Mathieu et l’ainée de quatorze enfants. Son père était maçon tailleur de pierre. A l’âge de quatorze ans, pour aider sa famille, Mireille commence à travailler dans une usine d’enveloppes.

Dès son enfance, la petite Mireille s’éveille à la chanson. Son père qui a une voix de baryton est fan d’opéra et de grandes voix. C’est en entendant Edith Piaf que Mireille rêve de devenir chanteuse. Avec obstination, elle se présente en 1962 au concours « On chante dans mon quartier » organisé par la mairie d’Avignon. Elle finit deuxième juste derrière Michèle Torr. Elle remporte avec succès ce concours en 1964 avec « La vie en rose ». Cette chanson d’Edith Piaf est sa chanson fétiche qu’elle interprète toujours avec bonheur sur scène. Raoûl Colombe, alors adjoint au maire d’Avignon, décide de soutenir la vocation de la jeune Mireille. Avec l’accord de ses parents, il la fait participer à de nombreux galas locaux et l’inscrit au fameux « Jeu de la Chance », le télé-crochet de l’émission « Télé Dimanche » de Raymond Marcillac qui la révèle au public le 21 novembre 1965.

Johnny Stark la remarque et, flairant tout le potentiel de cette jeune fille d’Avignon, à la voix puissante et pure, lui propose un contrat. Il va se consacrer entièrement à la carrière de Mireille. Johnny Stark va imposer à la jeune chanteuse un rythme de travail très dur. Le succès arrive très vite, d’abord en France, puis, rapidement, à travers le monde.

2171091433_1.jpgMireille Mathieu fait ses débuts sur scène à l’Olympia en décembre 1965 en lever de rideau de Dionne Warwick et Sacha Distel. Dès 1966, elle retrouve l’Olympia mais cette fois en vedette. Elle est accompagnée par Paul Mauriat et son orchestre. Elle interprète sur scène ses tous premiers succès : « Mon crédo », « Qu’elle est belle » sans oublier « Viens dans ma rue ». Ses ventes de disques sont phénoménales pour l’époque. Le succès de Mireille en France est immense et dépasse rapidement les frontières et dès 1966, elle participe à l’émission « Ed Sullivan Show » aux Etats-Unis.

Maurice Chevalier devient son parrain dans le métier et lui prédit une brillante carrière. Le cinéaste et documentariste François Reichenbach tourne « Le Conte de fée de Mireille Mathieu » qui est diffusé fin 1966 à la télévision française. Ce film montre en particulier sa rencontre avec Maurice Chevalier et son premier voyage aux Etats-Unis.

En 1966, elle enregistre « Paris en Colère » une chanson écrite par Maurice Vidalin sur une musique de Maurice Jarre pour le film de René Clément « Paris brûle-t-il ? ». La chanson est, dès sa sortie, un immense succès et reste associée symboliquement à la libération de Paris.

En 1967, Mireille Mathieu enregistre l’adaptation française de « The last waltz » un succès d’Engelbert Humperdinck. La chanson devient « La dernière valse » en français et lui ouvre les portes des charts du Royaume-Uni et l’honneur de participer pour la première fois au gala « Royal Performance » devant la reine Elizabeth II. Mireille aura l’honneur de s’y produire deux autres fois au cours de sa carrière.

A la fin des années 1960, Mireille se produit très régulièrement au Royaume-Uni, au Canada ainsi qu’aux Etats-Unis.

Après de nombreux succès en français tels « J’ai gardé l’accent », « La première étoile », Mireille se fait connaître du public allemand en 1969 avec « Hinter den Kulissen von Paris ».

1235072124.jpgDurant toutes les années 1970, Mireille Mathieu enregistre d’énormes succès en allemand avec la collaboration de Christian Bruhn. Quelques-uns de ses succès allemands sont également des tubes en France et dans d’autres pays tels : « Accropolis Adieu » (1971) ou bien encore « Mille colombes » (1977) et « Santa Maria de la mer » (1978) enregistrés avec le concours des Petits Chanteurs à la Croix de Bois. La chanson « La paloma adieu » restera pendant 27 semaines classée dans les charts allemands et atteindra même la première place des ventes de disque en Allemagne en 1973.

C’est à Mireille Mathieu que Francis Lemarque et Georges Coulonges font appel pour interpréter la chanson titre de leur fresque musicale sur Paris, « Paris Populi ». En 1973 deux réalisateurs français la sollicitent pour apparaître dans leurs films : Jacques Demy la filme à Bobino chantant « Mon Paris », sur une musique de Michel Legrand, devant Catherine Deneuve et Marcello Mastroianni dans « L’évènement le plus important depuis que l’homme a marché sur la Lune » et Claude Lelouch lui offre une apparition dans son film « La bonne année » avec Françoise Fabian et Lino Ventura.

coup de chapeau,biographieLa collaboration entre Francis Lai et Mireille Mathieu date de 1966 alors qu’il était son accordéoniste avant le succès mondial de « Un homme et une femme », chanson interprétée par Nicole Croisille et que Mireille a également contribué à populariser. Francis Lai a composé pour Mireille plus d’une trentaine de chansons dont « C’est ton nom » (1966), « Je t’aime avec ma peau » (1978), « T’aimer » (1986), « La vie n’est plus la vie sans nous » (2002), ou encore « Un peu d’espérance » (2005). Mais c’est « Une histoire d’amour » (1971), sa création en français de la chanson du film « Love Story » qui est leur plus grand succès en commun. Cette chanson, dont les paroles sont de Catherine Desage, a en effet été classée parmi les 100 plus grands succès français des cinquante dernières années.

En 1974, Mireille enregistre en français et italien « Mireille Mathieu chante Ennio Morricone ». Mireille est la seule, avec la chanteuse italienne Milva, à avoir eu les honneurs d’un album complet avec Ennio Morricone qui lui a écrit deux chansons originales.

Mireille connaît de nombreux succès populaires notamment avec la chanson « Tous les enfants chantent avec moi » écrite par Eddy Marnay sur une musique de Bobby Goldsboro. En 1977, elle enregistre « Le silence » et « Le strapontin » écrites par Serge Lama et Claude Lemesle sur une musique d’Alice Dona. De grand succès anglo-saxons sont adaptés spécialement pour elle tels « A Blue Bayou » (1978) de Roy Orbison et « Une femme amoureuse (Woman in love) » (1980) de Barbra Streisand.

33MMPARICO.jpgEn 1979, Mireille Mathieu enregistre deux albums (en français et en anglais) avec Paul Anka. Elle interprète sur scène ou dans les shows de Maritie et Gilbert Carpentier les succès de comédies musicales américaine comme « Over the Rainbow », « La chanson du Trolley », « People » ou « Sweet Charity ».

Au début des années 1980, Mireille Mathieu parcourt le monde et chante en Allemagne, au Japon, au Canada, au Mexique ou bien encore au Carnegie Hall de New York. Mireille est sollicitée à diverses occasions. En 1981, elle enregistre « Bravo tu as gagné », l’adaptation de « The winner takes it all », un des grands succès du groupe Abba. En 1983, c’est en duo avec Patrick Duffy, qu’elle interprète « Together we’re strong ». Au cours d’un « Grand Echiquier » de Jacques Chancel, elle chante en duo avec Placido Domingo « Tous mes rêves » composé par Michel Legrand, sur des paroles de Jean Dréjac. C’est à ce moment là qu’elle débute une longue collaboration avec Janine Reiss, répétitrice de chant d’Opéra qui lui permet de renforcer sa maîtrise vocale.

En 1986, après 13 ans d’absence, elle effectue un retour sur scène à Paris au Palais des Congrès pour ses vingt ans de carrière.

mm jc.JPGLa fin des années 1980 est marquée par une tournée en Chine en 1986 et une autre en URSS en 1987 au cours de laquelle elle est accompagnée par les Chœurs de l’Armée Rouge. En 1986 également, elle chante la chanson officielle de la France pour le centenaire de la Statue de la Liberté en duo avec Andy Williams à New York devant les présidents Ronald Reagan et François Mitterrand. En 1987, Jacques Chancel lui consacre un « Grand Echiquier » spécial où elle interprète plusieurs mélodies classiques. Cette même année, Jacqueline Cartier lui rédige sa première autobiographie « Oui, je crois ».

En 1988, Mireille enregistre la chanson « L’enfant que je n’ai jamais eu ».

Le 24 avril 1989, elle perd son imprésario Johnny Stark. Elle lui rend hommage avec un album intitulé « L’américain » qui sort en fin d’année. Sur ce disque figure également le titre « Je suis née pour chanter » composé par Yves Duteil.

En 1990, Mireille chante à nouveau sur la scène du Palais des Congrès. Elle reprend le chemin des studios et enregistre en 1991 un album avec un dessin original de Jean Marais dans lequel figure la chanson « L’amour viendra » sur le thème du film « Autant en emporte le vent ». En 1993, elle enregistre « Mireille Mathieu chante Piaf ». En 1995, à l’occasion de ses 30 ans de carrière sort « Vous lui direz ».

En novembre 1996, c’est sur la scène de « l’Universal Amphithéâtre » à Los Angeles qu’elle donne un concert unique. Mireille est salué par la critique américaine qui la compare à Edith Piaf et Judy Garland.

En décembre 1998, Mireille se produit à Paris sur la scène de l’Olympia.

En août 2004, à l’invitation de Bertrand Delanoé, maire de Paris, Mireille interprète « Paris en colère » dans un spectacle marquant le 60ème anniversaire de la libération de Paris mis en scène par Jérôme Savary.

En avril 2005, elle sort un coffret réunissant ses plus grands succès. En mai 2005, elle se produit sur la Place Rouge à Moscou dans le cadre des cérémonies de célébration des soixante ans de la victoire des alliés sur l’Allemagne.

OlympiaRicochet.jpgEn septembre 2005, elle enregistre « Une place dans mon coeur » extrait de son 38e album en français.

En novembre 2005, Mireille fête ses quarante ans de carrière à l’Olympia. Elle y reçoit des mains du directeur de l’Olympia et au nom de la SACEM et de l’ensemble de la profession un « disque de rubis », créé uniquement pour elle, récompensant 122 millions d’albums vendus dans le monde depuis ses débuts. Après l’Olympia, Mireille part en tournée en France avec un passage en Suisse.

En 2006, Mireille offre un beau cadeau à ses fans avec la sortie d’un double cd « Films & Shows » réunissant de grands standards de musiques de films ainsi que des chansons inédites créées pour ses shows télévisés produits par Maritie & Gilbert Carpentier.

En janvier 2007, elle est l’invitée d’honneur d’un show télévisé allemand durant lequel lui est remis le prix de la meilleure chanteuse internationale en Allemagne pour l’année 2006. En novembre 2007, elle chante en Russie à Saint-Pétersbourg pour la fête nationale russe devant 12 000 personnes.

En 2008, Mireille effectue une tournée en Allemagne.

En septembre 2009, Mireille retrouve à nouveau le public russe à Moscou sur la Place Rouge devant 20 000 personnes et part ensuite pour l’Allemagne pour la promotion de son nouvel album composé de 14 nouvelles chansons.

En 2010, Mireille chante en Allemagne, en Autriche, au Danemark sans oublier la Russie, ou encore la Pologne.

En 2011, elle se produit à Moscou ainsi qu’en Lituanie et Estonie.

En octobre 2012, Mireille a réédité un album hommage à Edith Piaf en ajoutant deux titres qu’elle n’avait pas encore enregistrés « A quoi ça sert l’amour » et « La goualante du Pauvre Jean ».

51ETdb+1PSL.jpgPour fêter ses 50 ans de carrière, début octobre 2014, est sorti un album de 3 disques « Une vie d’amour » composé de ses plus grands succès (dont certains jamais réédités en cd) et de quatre nouvelles chansons. Les 24, 25 et 26 octobre 2014, Mireille s’est produite sur la scène de l’Olympia avant d’effectuer une tournée dans toute la France.

Le 11 octobre 2014, Stéphane Bern a consacré une soirée à Mireille sur France 2 avec son émission « C’est votre vie ».

Mireille a retrouvé son public allemand et autrichien en mars 2015 pour une nouvelle tournée triomphale.

En juillet 2015, Mireille s’est produite à Byblos au Liban devant une public heureux de la retrouver 41 ans après son premier concert dans ce pays.

Fin 2015 est sorti son album « Mireille Mathieu chante Noël » où l’on retrouve 18 succès de Noël déjà enregistrés par Mireille dont un titre inédit « La colombe de Noël » ainsi que « Petit papa Noël » en duo avec Tino Rossi.

003cef82.jpgPour le plus grand plaisir de ses admirateurs, Sony Music a réédité, en avril dernier en coffret collector « Mireille Mathieu chante Ennio Morricone » sorti en 1974.

Mireille retrouvera son public sur scène en octobre prochain. Elle se produira à Bratislava le 14 octobre et à Prague le 16 octobre. Elle chantera également en Pologne les 18, 20 et 22 octobre prochains.

Cette année, Mireille a perdu sa maman Marcelle à l’âge de 94 ans. Le 22 août prochain, la chanteuse sera présente, entourée de sa famille, à la cérémonie d’inauguration d’une peinture du christ en l’église de Notre Dame de Lourdes à Avignon.

Mireille a enregistré plus de 1 200 chansons en 9 langues (français, allemand, anglais, espagnol, italien, russe, finnois, japonais, chinois). Mireille est une des rares artistes française à être connue aux quatre coins du monde. Elle a vendu à ce jour 130 millions d’albums et de plus de 55 millions de simples dans le monde. Bien que discrète en France, elle reste une artiste populaire qui a su fidéliser son public au delà des modes et ce depuis plus de 50 ans.

rubon205.jpg

22:49 Écrit par JCF | Commentaires (0) | Tags : coup de chapeau, biographie |  Facebook |

05/06/2016

Jean Ferrat - Biographie et compilation 2CD

jean ferrat,cd,compilationPoche: 580 pages

Editeur : Archipoche (7 mars 2012)

Présentation de l'éditeur

En suivant la trajectoire de Jean Tenenbaum, devenu Ferrat (1930-2010), l’un des artistes les plus populaires du demi-siècle écoulé, Robert Belleret n’a laissé dans l’ombre aucune époque, du cocon familial de Versailles à l’épanouissement à Antraigues – en passant par Paris et Ivry –, ni aucune facette d’une personnalité complexe. Réservé, voire secret, Jean des colères et des émerveillements, artiste engagé et parfois enragé, contre l’injustice, le formatage des esprits, le star-system, l’arrogance des puissants, était aussi un hédoniste, qui aimait rire et jouer. Plus qu’on ne le pense...
Sur la déportation à Auschwitz de son père, Mnacha, son vécu de l’Occupation, ses années d’apprenti-étudiant en chimie, la galère des cabarets, l’épopée du chanteur de music-hall, censuré à la télévision mais plébiscité par l’audimat, le compagnon de route, critique, des communistes, ce livre dévoile témoignages et documents inédits.
Quelle importance a eu pour lui Aragon ? Comment l’homme fragile a-t-il affronté les tensions de la scène ? Comment l’obscur gratteur de guitares est devenu l’auteur et le mélodiste inspiré de « Nuit et Brouillard », « La Montagne », parmi quelque deux cents autres chansons ? Autant de questions à laquelle cette biographie apporte des réponses. 

L'auteur : Robert Belleret

Né en décembre 1946 à Asnières, dans le quartier de Bécon-les-Bruyères, Robert Belleret a fait ses études secondaires au lycée Carnot (Paris 17ème). Elève plutôt médiocre et franchement dissipé, il a été sauvé par une boulimie de lecture des grands auteurs dans le miraculeux Livre de poche, sa passion pour le cinéma, assouvie dans les ciné-clubs, les salles du Quartier-Latin et la Cinémathèque, et sa découverte précoce du music-hall et de tous les géants de la chanson française : Ferré, Brel, Brassens, Béart, Barbara, Nougaro, Ferrat, Aznavour, etc.
Après avoir occupé plusieurs emplois alimentaires, et subi un service militaire rugueux dans une caserne de RFA, il a débuté dans le journalisme en 1970 au Progrès de Lyon où il a appris le métier sur le tas et sur tous les terrains : faits-divers, faits de société, justice, social, politique, « affaires », critique de théâtre, de cinéma, de chanson et de Pop music.
Recruté par Le Monde en 1986, il est resté un reporter de terrain généraliste. Devenu grand reporter en 1999, il a réalisé son rêve de partir dans l’urgence sur les points chauds de la planète et d’alterner les grandes enquêtes et les portraits fouillés des personnalités les plus diverses : de l’abbé Pierre à Fabrice Lucchini, d’Alain Souchon à Charles Aznavour, de Guy à Emmanuelle Béart, de José Bové à Ségolène Royal, d’Olivier Besancenot à Jean-Loup Dabadie, de Paul Bocuse à Karl Lagerfeld, de Cabu à Guy Bedos ou François Morel.
Ayant contracté très jeune le virus des voyages lointains, il a parcouru, en solo ou en couple, quelque soixante-quinze pays sur les cinq continents. Il est le père de Chloé, journaliste et globetrotteuse.
Son premier livre était consacré à Léo Ferré, découvert à quatorze ans, à l’Alhambra, et rencontré à de nombreuses reprises. Léo Ferré, une vie d’artiste édité par Actes-Sud en 1996 a été salué par la critique qui le considère comme la biographie de référence, rééditée trois fois.
Robert Belleret a publié trois récits autobiographiques, balayant sa trajectoire chez Sabine Wespieser éditeur : Les Bruyères de Bécon, 2002, Sixties, 2004 et Faits-Divers, 2007.
Après l’écriture d’une biographie de Jean Ferrat, le chant d’un révolté (L’Archipel, 2011) il a publié chez Fayard un Dictionnaire Ferré (février 2013)et, chez le même éditeur, une biographie monumentale d’Édith Piaf, Un mythe français (septembre 2013).
Robert Belleret vient d'auto-éditer chez Amazon, Portraits sur le vif qui regroupe les grands portraits de treize personnalités.
 
Source : amazon.fr

71xRSS5TIlL__SL1400_.jpg

Compilation "Jean Ferrat" sortie en octobre 2014 dans la série Best Of.
Elle est notamment en vente sur Amazon.fr au prix très raisonnable de 7 euros.
(cliquez ici).  

CD 1 

1. Au printemps de quoi rêvais-tu ? - 2. La matinée - 3. La petite fleur qui tombe
4. Les filles longues - 5. L'idole a papa - 6. Ma France - 7. Rien a voir - 8. Un jour futur - 9. Camarade
 10. 17 ans - 11. La cavale - 12. Les demoiselles de magasin - 13. Les lilas - 14. Mon bel amour
 15. Sacré félicien - 16. Tout ce que j'aime -17. Y aurait-il

CD2

1. Aimer a perdre la raison - 2. Je vous aime - 3. Comprendre - 4. La commune - 5. L'adresse du bonheur
 6. Les derniers tziganes - 7. Au bout de mon âge - 8. C'est si peu dire que je t'aime
 9. Heureux celui qui meurt d'aimer - 10. Le malheur d'aimer - 11. Nous dormirons ensemble
 12. Que serais-je sans toi - 13. Un jour un jour - 14. A l'ombre bleue du figuier - 15. A moi l'Afrique
 16. Les saisons- 17. Picasso colombe - 18. Une femme honnête

04/03/2014

Bio d'une artiste de France....

mmp.jpgPour ceux qui ne connaissent pas très bien l'essentiel de la biographie de Mireille Mathieu, voici sont portrait tracé par le site Artistes de France (cliquez ici) :  

Aînée d’une famille modeste de 14 enfants, Mireille Mathieu chante très tôt, notamment à l’Eglise. A 19 ans, elle remporte un radio-crochet qui lui permet de passer à la télévision.
Née le 22 juillet 1946 à Avignon
Aînée d’une famille modeste de 14 enfants, Mireille Mathieu chante très tôt, notamment à l’Eglise. A 19 ans, elle remporte un radio-crochet qui lui permet de passer à la télévision. La France découvre une jeune femme à la voix d’or. Très vite, Mireille Mathieu devient une vedette populaire. Sous la houlette de son mentor Johnny Starck, Mireille travaille avec acharnement pour apprendre les ficelles du métier. Ses premiers titres sont des triomphes. On la découvre avec "Mon credo" puis suivront "Paris en colère " ou encore "Si Paris était en Provence". Mireille devient rapidement une star en dehors de nos frontières et enregistre ses chansons dans de nombreuses langues.

La demoiselle d’Avignon s’exporte
Pendant les années 70, son succès dépasse largement l’Europe et elle chante au Japon, en Chine et même à New York à Carnegie Hall. Ses chansons célèbrent l’amour et la paix : "Mille colombes", "Tous les enfants chantent avec moi ", "Love Story"… Elle chante aussi des titres plus exotiques tels que "La Paloma, adieu ", "Santa Maria de la mer " ou encore "Il a neigé sur Mykonos ". Elle interprète également les versions françaises de grands tubes anglo-saxons : "Bravo, tu as gagné" (" The winner takes it all " d’Abba), "New York, New York ", "Une femme amoureuse", ou encore "Nos souvenirs " (Memory).

Duos
Après avoir enregistré un duo avec Paul Anka, elle enregistre au début des années 80 un duo avec Patrick Duffy, l’acteur américain de "Dallas", la série la plus populaire du moment. La demoiselle d’Avignon rencontre l’Homme de l’Atlantide pour un mémorable duo intitulé "Together we’re strong". Elle enregistrera d’autres duos, notamment avec Placido Domingo et Barry Manilow.
En 1989, la mort de Starck bouleverse la chanteuse. Elle lui rendra hommage sur un album intitulé "L’Américain", tout comme elle rendra hommage à d’autres figures qu’elle admire : De Gaulle et Edith Piaf à qui elle consacrera un album entier de reprises en 1993.

Succès international
En 1996, Mireille Mathieu sort un nouvel album intitulé "Vous lui direz…". Cette même année, elle fait salle comble à Los Angeles, tandis que s’ouvre en Ukraine un musée qui lui est consacré. A l’occasion de la sortie de sa dernière grande compilation "Son Grand Numéro" en 1997, Mireille enregistre deux titres inédits : "Reste avec moi" et "Ne les dérangez pas ". L’année suivante, elle fête ses 35 ans de carrière sur la scène de l’Olympia. Son amour de la scène et du public l’emmène en Russie ou encore en Slovaquie en 2001. L’année suivante, Mireille Mathieu qui s’est énormément produit à l’Etranger renoue avec le public français qui découvre l’album " De tes mains " et l’acclame sur la scène de l’Olympia. Il faut attendre 2005 pour écouter son nouveau CD, sobrement intitulé " Mireille Mathieu ", qui mélange des titres modernes, pop et même rock.
A la fin de l’année suivante, la " Demoiselle d’Avignon " sort la compilation " Films et shows " qui réunie quelques unes des chansons qui ont accompagné les plus grands films, " Paris brûle t-il ? ", "Jeux interdits", "Le Magicien d’oz", "Funny girl" ou encore "Chantons sous la pluie", ainsi que les émissions phares comme celles des Carpentier.
Mireille est sans aucun doute une des artistes françaises qui s’est le mieux exportée. N’a-t-elle pas d’ailleurs, en 1978, symbolisé l’emblème national de la France, Marianne ?

biographie,artistes de france,je me parle de toi

biographie,artistes de france,je me parle de toi,30,glorieuses,30 glorieuses

"Je me parle de toi"... 
... n'est pas sans rappeler le célèbre Boléro de Ravel
Un procédé assez souvent utilisé dans le monde de la chanson et
qui est généralement garant de succès.

Je me parle de toi
Jusqu'au bout de mes rêves
J'ai le blues dans la voix
L'absence au bord des lèvres
Et j'ai le mal de toi
Lorsque le jour se lève 

08/11/2013

Annie Cordy - Que la vie est belle !

annie cordy livre.jpg

Très énergique et toujours de bonne humeur lors de ses apparitions en public, Annie Cordy vante les mérites du sourire, même s'il lui arrive d'incarner des rôles plus graves au cinéma ou pour des fictions pour la télévision. Elle a enregistré plus de 700 chansons, joué dans une dizaine de comédies musicales, une trentaine de films et de téléfilms, donné près de 10 000 galas

Aujourd'hui âgée de 85 ans, la chanteuse et actrice belge Annie Cordy se voit remise sur le devant de la scène par une biographie signée par le journaliste Eddy Przybylski, qui s'était déjà intéressé à Brel.

Intitulé Que la vie est belle !, l'ouvrage a été écrit sous le regard attentif d'
Annie Cordy, qui dévoile ses petits secrets ainsi que tout ce qu'elle a pu apprendre en côtoyant des stars comme Luis Mariano, Bourvil, Charles Trenet, Edith Piaf et Dalida.  

Source : ActuaLitté et Amazon 

17/01/2013

Biographie de Jean-Pierre Ferland

mo_9782761930666.jpg

La biographie autorisée la plus complète jamais écrite sur Jean-Pierre Ferland, un des plus grands artistes de la chanson québécoise et francophone.

4e de couverture : 

La vie, l'oeuvre et l'époque d'un géant de la chanson.

C'est l'histoire d'un homme qui se croyait voué à une existence banale, mais qui est devenu au Québec le véritable maillon musical entre tradition et modernité. C'est un regard intime sur l'enfant qu'il était et sur l'adulte sensible qui s'est découvert une voix.

C'est le portrait d'un petit roi, peint devant nous à coups de Jaune et de Bleu blanc blues. Jean-Pierre Ferland,  à travers des textes empreints de chaleur,de naïveté et de profondeur, a chanté les hauts et les bas de la vie, les amours d'un jour et ceux d'une éternité. Tour à tour personnage exubérant, poète séducteur, artiste fécond et rêveur introspectif, il a toujours respiré l'air du temps.

Les héros de notre époque sont ceux qui transcendent les métamorphoses qu'ils s'imposent. Ils surmontent les difficultés,les épreuves et les rivalités qui menacent leur extraordinaire destinée. Ferland est de ceux-là. Il faut raconter ce héros moderne.

Biographie écrite par Marc-François Bernier et parue en octobre 2012 aux Editions de l'Homme.

De la plume de l'auteur, Marc-François Bernier, professeur à l'université d'Ottawa, il ressortirait qu'une romance amoureuse s'était créée en 1969 entre l'artiste et son pygmalion. Mireille comme Johnny Stark ont toujours démenti toutes rumeurs à ce sujet. Il est vrai que Johnny Stark qui, marié pour la seconde fois, poussait l'image de la jeune fille bien sage, pour ne pas dire virginale, se devait de garder le silence. La biogragphie écrite par Marc-François Bernier cite ses sources, dont le témoignage de Jean-Pierre Ferland. Le contexte du chapitre évoquant cette situation est celui d'une tournée d'été organisée par Johnny Stark où Mireille Mathieu passait en vedette et Jean-Pierre Ferland en vedette américaine. [Ajout de l'auteur] Dans l'histoire de la chanson francophone, Jean-Pierre Ferland est le maillon d'or entre Félix Leclerc et Céline Dion. Ces deux géants ont interprété Ferland, et le dernier album de Céline Dion contient deux chansons de Jean-Pierre Ferland, dont un duo interprété avec lui.

Avant de publier cet article, j'ai écrit à l'auteur de manière à m'assurer de son accord pour la diffusion de celui-ci. Vous lirez plus bas la réaction positive de M. Marc-François Bernier. Je remercie en passant, ma fidèle visiteuse du Québec pour son conseil avisé.  

jean-pierre ferland,biographie,marc-françois bernier,céline dion,félix leclerc,ottawa

Bonjour Jean-Claude,

Je suis très touché de votre attention.

En effet, dans cette biographie exhaustive, je raconte notamment la longue tournée de Mireille Mathieu et de Jean-Pierre ainsi que diverses anecdotes impliquant Stark. La romance Stark-Mathieu m'a été racontée par Jean-Pierre et son accompagnateur français Marc Thomas, mais elle n'est qu'évoquée. Le livre est aussi disponible en format électronique et nous aimerions bien que le public français, qui a beaucoup aimé Jean-Pierre, soit informé de cette biographie qui raconte aussi l'histoire du Québec et de la chanson francophone.

Jean-Pierre sera, en mai 2013, le parrain d'un spectacle intitulé Le retour de nos idoles (équivalent à Âge tendre et tête de bois) et je sais qu'il souhaite la présence au Québec de Mireille Mathieu. À suivre...


Votre message évoque en moi les beaux paysages du sud de la France où j'ai eu la chance de passer une année (Aix-en-Provence) en 2008-2009, et où je retourne à chaque année ou presque.

J'ai ajouté une petite phrase à votre généreuse présentation.

Merci encore,

Marc-François Bernier (Ph. D.)
Titulaire, Chaire de recherche sur la francophonie canadienne en communication, spécialisée en éthique du journalisme (CREJ). Professeur agrégé Département de communication, Université d'Ottawa.

Jean-Pierre Ferland, biographie, Marc-François Bernier

 

25/07/2011

Rosendael ou la Vallée des roses

Marcelle et Roger Mathieu.jpgRICORETROptf.jpgEn 1944, fuyant Dunkerque, la jeune Sophie-Marcelle Poirier débarque en Avignon. A la Libération, "dans un de ces petits bals de plein air, un soir, sous les flonflons de la place des Carmes, Marcelle croise un de ces charmeurs que l'on suit tranquillement et qui vous mènent devant monsieur le curé..." Pour l'état civil il est Roger Joseph Mathieu.

carte-avignon-seul.jpg

Un drôle d'univers sucré que Marcelle, la "chti", découvre et donnera à goûter à ses enfants ; toutes ces fleurs de Provence dont elle deviendrait la sève nourricière. A commencer par le premier d'entre eux, une fille, Mireille la bien-nommée en ce pays-ci. Marcelle et Roger dûment épousaillés, accordons à présent à l'enfant le droit de paraître.
Délaissée par sa génitrice dès après sa naissance dans un petit bourg du Nord - Rosendael ("La Vallée des roses") -, elle fut élevée à Dunkerque par sa grand-mère. A cette misère morale vint bientôt s'ajouter la symphonie délétère des canons et des bombes. En une nuit, en mai 1940, la vieille femme et l'enfant perdirent leur petite maison, ce refuge affectif qui avait redonné à Marcelle un sens à son existence. Pour la grand-mère, âgée de quatre-vingt-douze ans, ce fut l'hospice, puis la mort, quatre mois plus tard. Sans ressources, sinistrée et à nouveau orpheline, Marcelle tenta de retrouver sa mère en retournant dans le café où celle-ci était censée oeuvrer en qualité de serveuse. Volatilisée, cette chère maman.
La suite, nous la connaissons : Marcelle débarque à Avignon en 1944, dégote un premier emploi à la mairie où on lui confie le soin d'établir les cartes de tickets de pain, fait la connaissance de Roger, découvre émerveillée l'atelier de son beau-père, près du cimetière de la ville et, éprise autant que rassurée, se laisse épouser, puis devient mère pour la première fois.

Source : E. Bonini "La véritable MM" (Editions Pygmalion)