27/07/2017

"Le rock c'est ça" - Jean-Marc Quintana

10858605_1505987606355361_8345288052695488273_n.jpg

Livre : Le Rock c'est ca !
Auteur : Jean-Marc Quintana
Parution : 01.12.2014

Un Avignonnais à la manoeuvre pour raconter l'arrivée du rock en Vaucluse... Jean-Marc Quintana, un passionné qui s'est plongé durant deux ans dans les années 1961-1965 en Vaucluse.

Deux ans après son très réussi "Décélération punk" (aux éditions Camion Blanc), l'Avignonnais Jean-Marc Quintana publie un autre livre-repère, "Le Rock c'est ça !", qui raconte avec force détails l'arrivée du rock en Vaucluse, entre 1961 et 1965.

Infirmier au CHS de Montfavet, ce stakhanoviste a, deux ans durant, fait témoigner une partie des musiciens d'alors et s'est plongé dans la lecture des journaux (dont Le Provençal et Le Méridional). On savoure son ouvrage, un millefeuille d'anecdotes fascinantes. Dont celle-ci, épique sur l'époque : en 1961, à Avignon, la star Vince Taylor tente en vain piquer le jeu de lumières des "Chaussettes Noires" d'Eddy Mitchell au Palace. Verdict : Taylor ira bouder dans le bar voisin, "Le Palais de la bière", au lieu de monter sur scène, suscitant la colère... d'Eddie Barclay !

Dès les prémices des années 1960, la jeunesse du département va vivre une révolution dans les esgourdes, avec l'effervescence liée à la constitution de groupes locaux : les Sharks, les Dan's ou Bob Arnold et ses Blackboys à Avignon, les Rockers à Apt, les Félins à Carpentras, les Condors à Valréas, les Anges Noirs à Sorgues, les Anges Blancs à Cavaillon. Et moult homologues. "Certains utilisaient des enceintes de pick-up en guise d'amplis. En plus de ça, aucun magasin ne vendait de guitares électriques. Souvent, les musiciens électrifiaient eux-mêmes leur instrument, assure Jean-Marc Quintana. Mais il y avait une passion incroyable."

johnny_sylvie_19641-3178345.jpg"Le système et le show-biz l'ont emporté et le rock n'roll a été balayé"

Un rock n'roll qui, parfois, donnera lieu à des débordements pendant les concerts (chaises qui volent, balustrade qui se fracasse, blousons noirs qui aiment se défouler, policiers en surnombre et à l'affût). "Ces incidents seront montés en épingle par la presse", note l'auteur.

À cette époque, les amateurs de rock et de twist vont se démener de 15 à 20 heures dans un dancing dernier cri, le "Twist Club", ouvert par Lucien Valli dans les rues piétonnes d'Avignon (au 40, rue des Marchands). À cette époque encore, le préfet de Vaucluse interdit un festival de rock au Roxy (rue Guillaume-Puy, à Avignon, 1962). "Mais dès 1965, le système et le show-biz l'ont emporté et le rock n'roll a été balayé", soutient Jean-Marc Quintana. "It's only rock'n'roll" mais, définitivement, "we like it !"

Livre disponible à Avignon (Fnac, Mémoire du monde, Genêts d'or, Maxi-livres, General music, La Licorne), à Orange (L'orange bleue), aux Angles (Pinups).

Source : La Provence.com 

166704973.jpgA noter la remarque du blog "KR'TNT" le blog rock'n'rol (cliquez ici) :

Ne soyons pas défaitistes, de tous ces jeunes vauclusois qui ont participé au maelstrom des années soixante, deux vont sortir de l'anonymat et atteindre à une gloire nationale pour l'un et internationale pour l'autre. Je vous livre les noms de ces deux rock and roll stars. Michele Torr pour la première. Et... Mireille Mathieu pour la seconde. Le livre se termine sur Mireille Mathieu dans l'avion qui la mène aux States pour sa participation à l'Ed Sullivan Show.

(Les photos ne sont pas extraites du livre) 

21/11/2016

21 novembre 1965 - Une seconde naissance

dyn006_original_336_514_pjpeg_2586430_008289a45679288c83d61f562729012e.jpgEn juillet 1965, presque un an après son succès au concours d’Avignon, Mireille passe en lever de rideau dans un gala de variété dont Enrico Macias est la vedette. Elle chante « Jézabel». Johnny Stark demande ses coordonnées et puis… l’oublie !

A la mairie d’Avignon décide de payer les frais permettant à Mireille de se rendre à Paris pour tenter sa chance à « Télé-Dimanche ». Un rendez-vous est pris pour une audition, le 18 mars 1965. Arrivée dans la capitale, Mireille logera chez la fille du professeur de chant de la première lauréate d’Avignon, Michèle Torr.

Mireille arrive donc en taxi au studio 102 de la " Maison de la Radio". Il y a Raymond Marcillac, Nanou Taddei la première femme de Johnny Stark) et Roger Lanzac, le présentateur du "Jeu de la chance".
Après l’audition, Mireille rentre à Avignon pour attendre la réponse. Elle attendra ainsi huit mois avant de recevoir la convocation pour participer à « Télé-Dimanche », le 21 novembre 1965.

Cette année-là, le général De Gaulle prépare son élection présidentielle et Johnny Hallyday, qui revient du service militaire, sa rentrée à l’Olympia. Le 20 novembre, la veille donc du passage de Mireille au "Jeu de la chance ", Johnny qui préparait le "Palmarès de la chanson" de Guy Lux entend Mireille Mathieu pour la première fois et déclare : "Elle a une belle voix, mais Piaf est encore trop proche."

La vraie date de naissance de "Mireille Mathieu grande vedette", c’est donc à Paris, sur un écran de télévision, deux ans, un mois et dix jours exactement après la mort de Piaf. Dix millions d’inconnus devant leurs postes de télévision vont croire la grande Edith Piaf ressuscitée dans cette petite gamine d’Avignon âgée de 18 ans qui chante "Jézabel".

Georgette Lemaire MMAV.jpgMireille est effrayée par tous ces gens de la télévision qui s’agitent autour des caméras. Et puis, elle est impressionnée par Georgette Lemaire "parce qu’elle est de Paris et qu’elle n’a pas d’accent", dira Mireille. Car Georgette Lemaire est là et depuis quatre semaines elle est la première, l’idole, la vedette de ce "Jeu de la chance". Elle chante Piaf, elle aussi !

Dès les premières notes, quand elle apparaît sous les projecteurs, Mireille fait frémir ces dix millions de téléspectateurs anonymes qui enregistrent son nom comme on s’accroche à une étoile. Elle a peine fini de chanter "Jézabel" que c’est l’explosion. Le coup de foudre pour tous ceux qui ont la nostalgie de la voix de la grande disparue qu’est Edith Piaf. En trois minutes, de toute la France, les coups de téléphones affluent. Pour les un ce seras un cas, pour d’autres, un miracle, voire même une réincarnation. Pour les sceptiques - il y en a aussi - ce n’est qu’un feu de paille. Mais personne ne reste indifférent à cette apparition, à cette voix.

Roger Lanzac, le présentateur et annonce Mireille Mathieu et Georgette Lemaire à égalité... A l'instigation de Raymond Marcillac ? Mireille aurait-elle gagné avec 15 points d'avance comme l'avanceront certaines sources ? A ce jour personne n'a pu en apporter la preuve. Voyez à ce sujet l'article d'Avignon : "Jeu de la chance - Quand le cœur de la France balance" (cliquez ici).  

Le lendemain, le lundi 22 novembre 1965, Mireille trouve sa photo en première page de « France -Soir » accrochée aux kiosques à journaux ; la semaine suivante, Mireille Mathieu revient d’Avignon, cette fois avec Raoul Colombe.

A « Télé-Dimanche, Georgette Lemaire, parle d’abandonner. Roger Lanzac lui conseille de chanter, puis de se désister en faveur de Mireille Mathieu avant qu’il annonce les résultats. Il en sera ainsi. Mireille passera cinq semaines de suite à « Télé-Dimanche » et il lui suffira de quelques chansons de Piaf avec sa robe noire pour mettre la France à genoux devant elle. Ce sera sa marche triomphale vers la consécration.

guy lux,johnny stark,maurice chevalier,georgette lemaire,le jeu de la chance,raoul colombe,roger lanzac,raymond marcillac,21 novembre 1965,1965Ce dimanche de novembre 1965, Johnny Stark est devant son poste de télévision comme tout le monde. Il regarde « Télé-Dimanche ». Lorsqu’il voit apparaître sur l’écran un visage avec une frange, il s’écrie : « C’est ma petite d’Avignon ! ». Il veut en faire une vedette et, sans plus réfléchir, saute dans un taxi et débarque à la la « Maison de la Radio » pour rencontrer Mireille. Avec lui, Mireille va rapidement devenir la plus grande de toutes !

Trois jours plus tard il l’accompagne chez ses parents à Avignon. Johnny Stark et Raoul Colombe se rencontrent et c’est ainsi que l’homme qui a découvert Mireille (Raoul Colombe) passera la main en la confiant à celui qui va, dorénavant, la façonner.

L’accord de Roger Mathieu, le père de Mireille, est également obtenu (Mireille est mineure). Johnny Stark se met aussitôt à l’œuvre et ne va pas hésiter à engager d’énormes sommes avant de gagner réellement de l’argent avec elle.

Comme ballon d’essai, Johnny Stark emmène Mireille pour une tournée de quatre jours avec Hugues Aufray et France Gall (du 6 au 9 décembre 1965). Le test est bon, mais Johnny Stark n‘est pas entièrement satisfait.

Maintenant tout ira très vite. Mireille passe à l’Olympia dans le spectacle du jour de l’an de Sacha Distel, avec les trois chansons d’un répertoire qu’elle n’a même pas : "Je sais comment", "Le Noël de la Rue" et "L’Hymne à l’amour."

Elle enregistre ensuite son premier disque avant de partir pour les Etats-Unis. Johnny Stark lui apprend à respirer, à parler, à chanter, à se tenir sur scène, à table et dans la société. Il lui enseigne comme s’habiller et faire vibrer les foules. Il y aura beaucoup de larmes, de crises de rage et de désespoir des deux côtés. C’est de là qu’est partie la légende de tyran et d’exploiteur de Johnny Stark. Bref, la crise de croissance sera terrible. Maurice Chevalier adopte Mireille sans hésiter et lui prédit : "Quand vous serez dégagée du fantôme de Piaf, vous deviendrez la reine du music-hall."

ligne rouge.jpg

Sources : les biographie "Oui, je crois " (J. Cartier) , "Mireille Mathieu" (Vick Vance), "Mireille Mathieu" (Christian Page), "La véritable Mireille Mathieu" (E. Bonini).
Adaptation : Ricochet "Avignon".

21/11/2015

Il y a 50 ans - Le Jeu de la Chance révèle un étoile

mireille-mathieu-1966_5134487.jpg

C'est en 1964 que débute la carrière de Mireille Mathieu. La jeune chanteuse, alors âgée de 18 ans, est repérée grâce à un concours musical On chante dans mon quartier organisé à Avignon, la ville dont elle est originaire.
Quelques mois après avoir l'avoir remporté, elle participe au Jeu de la Chance, le télé-crochet de l'émission Télé Dimanche présentée par Raymond Marcillac. C'était le 21 novembre 1965, il y a exactement 50 ans !

Source : L'express

Pour lire l'article consacré au Jeu de la Chance, cliquez sur la photo ci-après :

LebonEm964.jpg

01:15 Écrit par JCF | Commentaires (0) | Tags : jeu de la chance, 1965 |  Facebook |

19/11/2015

Jeu de la chance - Quand le coeur de la France balance

le jeu de la chance,jeu,chance,1965

Histoire et légende...

C'était en 1965, Mireille Mathieu montait à Paris. Quand elle entame "Jezebel" au Jeu de la Chance, des milliers de téléspectateurs tombent sous son charme et son talent. C'est le début dune ascension vers la gloire, qui ne la quittera jamais.

le jeu de la chance,jeu,chance,1965Le Jeu de la Chance du 21 novembre 1965 a fait couler beaucoup d'encre, mais bien téméraires sont ceux qui, aujourd'hui, prétendraient savoir ce qui s'est réellement passé dans les coulisses du studio 102. Les principaux témoins : Roger Lanzac, Raymond Marcillac et Raoul Colombe, ont emporté avec eux une vérité qui devrait s'écrire au pluriel, tous les protagonistes ayant donné de leur vivant une version différente du déroulement de ce jeu qui passionnait la France.
Johnny Stark, une personnalité influente, sans être un témoin direct, mettra "sa" légende en place, une légende que la presse, mystifiée, prendra comme argent comptant sans pousser plus loin ses investigations. Mais pour en arriver il fallait une faille dans le déroulement du jeu ; cette faille, c'était manque de rigueur dans l'application de son règlement. Un autre "bonheur" s'y ajoutera : l'incompréhensible disparition de l'enregistrement des archives de l'INA. A-t-on voulu supprimer toute trace du Jeu de ce jour-là ?
Si le chaos a été propice à entretenir une légende, il est indéniable que deux candidates au talent exceptionnel se sont confrontées le 21 novembre dans l'ombre d'Edith Piaf et que toutes deux y ont trouvé leur chance, autrement dit, on gagné le jeu. En effet, Georgette Lemaire et Mireille Mathieu ont toutes deux bénéficié par la suite d'un succès considérable jusqu'au début des années 70. La suite, vous la connaissez.
A l'aide des témoignages et du travail de recherche affichés plus bas, amusez-vous à (re)créer 50 ans plus tard votre version de cette journée qui a ouvert avec éclat un nouveau chapitre dans l'histoire de la chanson française. 
Quelques visiteurs avaient apporté leur contribution à cet article au moment de sa création en 2010. N'hésitez pas à y apporter vous aussi votre témoignage ou des précisions en citant vos sources si nécessaire. 

L'article plus bas a été entièrement écrit par le blog "Avignon" avant 2010. Il a été revu par la suite. Certains sites en ont copié jadis des extraits.

le jeu de la chance,jeu,chance,1965

1965. C'est au cours d'un crochet, sur le plateau de Télé-Dimanche, que Roger Lanzac
découvre une candidate anonyme : Mireille Mathieu, qui s'affronte avec une autre
candidate, Georgette Lemaire, en chantant le répertoire d'Edith Piaf. Et aussi avec
un autre candidat ancien OMN à Air Inter (4e à partir de la gauche), Christian Jeantard.     

Roger Lanzac.jpg"Le jeu de la chance" consistait à présélectionner cinq chanteurs et à les présenter à l'antenne, en leur donnant la possibilité d'interpréter une chanson dans son intégralité. Après quoi, les téléspectateurs désignaient leur candidat préféré, par lettre uniquement. La semaine suivante, le vainqueur revenait affronter quatre autres candidats inédits. (Emmanuel Bonini, "La véritable Mireille Mathieu").

16 mars 1965, train pour Paris à 13 h 13. Il arrive à 20 h en gare de Lyon.

17 mars 1965, audition Télé-Dimanche avec Roger Lanzac. Après l'audition elle s'entend dire : "Très bien c'est terminé. Vous pouvez rentrer chez vous, on vous écrira."

Juillet 1965, Mireille chante en lever de rideau dans un gala, Enrico Macias est vedette. Johnny Stark est dans la salle, la remarque, lui donne sa carte, puis… silence.

20 novembre 1965 : audition "Palmarès des Chansons" à l'Olympia pour Guy Lux avec Jacqueline Duforest (ORTF). Johnny Hallyday est dans la salle. Mireille ne participera cependant pas au Palmarès car elle marque sa préférence pour Télé-Dimanche.

21 novembre 1965 : "Télé-Dimanche - Le Jeu de la Chance". Mireille chante Jézabel (Piaf). Mireille Mathieu et Georgette Lemaire son ex-aequo.

28 novembre 1965 : Georgette Lemaire se désiste au profit de Mireille Mathieu. Johnny Stark la voit sur le petit écran, prend un taxi vers le Théâtre 102 et lui propose de s'occuper de sa carrière.

MM Roger Lanzac Télé dimanche.jpgPassages de Mireille Mathieu à Télé-Dimanche :

- 21 novembre 1965 (Jézebel)
- 28 novembre 1965 (Soudain une vallée)
- 5, 12, 26 décembre 1965 (Exodus)
- 24 avril 1966 (Hymne à l'amour)
- 26 juin 1966 (La vie en rose)

Lire la suite

22:10 Écrit par JCF | Commentaires (0) | Tags : le jeu de la chance, jeu, chance, 1965 |  Facebook |

21/11/2014

21 novembre 1965 - Le Théâtre 102

21nov1965MMRLANS.jpgjeu de la chance,1965
 
 
 
La France a découvert aujourd'hui la "nouvelle Edith Piaf" en écoutant à la télévision la jeune chanteuse provençale Mireille Mathieu qui chante pour la première fois dans l'émission Télé Dimanche, présentée par Roger Lanzac et Raymond Marcillac. L'artiste avait été repérée lors de la finale d'un radio-crochet à Avignon l'année dernière, puis a été invitée à cette fameuse émission. Le succès est immédiat, les Français sont séduits par cette chanteuse.
 
Proposé par Michel Cantana - Live2Times.
 
Photo : Roger Lanzac présente Mireille Mathieu au public de Télé-Dimanche - Le Jeu de la Chance (ORTF), au Théâtre 102.

10:30 Écrit par JCF | Commentaires (0) | Tags : jeu de la chance, 1965 |  Facebook |

21/11/2013

Olympia 1965

1965,historico,sacha distel,dione warwick,olympia,henri byrs,charles aznavour,johnny stark 

HISTORICO43.jpgTous les débuts sont difficiles. C'est assez craintivement que Mireille se tient derrière le rideau de l'Olympia, le 28 décembre 1965, cinq semaines à peine après avoir été découverte au "Jeu de la Chance" (Télé-Dimanche).
Sacha Distel passe en vedette et assiste sa jeune "collègue" à faire les premiers pas dans le célèbre music-hall de Bruno Coquatrix.

(Photos : Dossier Ariola)

Extrait de "La véritable Mireille Mathieu" (Emmanuel Bonini) - Citation Danièle Lors (Marie-Claire)

L'Olympia !
Parce que Paris est l'épicentre, parce que c'est là que tout se passe, au fil des jours la pression monte et le Butch [n.d.r. Johnny Stark] se fait un sang d'encre. Fût-ce en lever de rideau, un passage chez Coquatrix revêtira toujours une influence stratégique que dix galas provinciaux en vedette. Cette première aventure de Mireille , boulevard des Capucines, dans le programme de Sacha Distel et Dione Warwick, a valeur de test pour la suite des bonnes affaires de "Pépé Jo". Sa pouliche ayant à concourir sans répertoire personnel, il puise dans celui de Piaf, suffisamment achalandé, et en extrait trois chansons : Je sais comment, Noël de la rue, L'Hymne à l'amour. Commencent alors les répétitions avec Henri Byrs, le pianiste attitré de Charles Aznavour. Elles vont bon train.  
[...]
Elle est entrée sur scène dans une mini robe de dentelle noire, à collerette, plus apeurée qu'un enfant grondé. Et puis, elle a relevé la tête. Et puis elle ouvre la bouche. Et puis, de ses lèvres, s'est élevé, venu on ne sait d'où, un chant qui n'avait pas de frontières.
 

1965,historico,sacha distel,dione warwick,olympia,henri byrs,charles aznavour,johnny stark
Mireille Mathieu et Sacha Distel chantent "Un homme et une femme" à la télévision
(FashionLiveTv - YouTube)
 

1965,historico,sacha distel,dione warwick,olympia,henri byrs,charles aznavour,johnny stark1965,historico,sacha distel,dione warwick,olympia,henri byrs,charles aznavour,johnny stark

11/04/2011

Jeu de la chance - La scène disparue

MM Roger Lanzac Télé dimanche.jpg

"Je souhaiterais savoir comment pouvoir visionner les passages au Jeu de la chance, quand Mireille a auditionné pour la première fois à Télé Dimanche. Merci de votre réponse." (T. A.)

Il n'existe aucune vidéo du passage de Mireille Mathieu au Jeu de la Chance. Ce que vous voyez généralement est une reconstitution dont l'intérêt est de nous remettre en mémoire l'événement de 1965.
L'INA ne s'est jamais d'expliqué clairement sur cette disparition assez mystérieuse.
Une bobine d'amateur traîne peut-être dans les tiroirs d'un téléspectateur ayant assisté à l'émission. Reste à trouver le bon tiroir...

jeud de la chance,vidéo,1965

jeud de la chance,vidéo,1965

Yves. - Le premier passage de Mireille à Télé-Dimanche dont il existe un enregistrement remonte à Noël 1965, alors que Mireille passait à l'Olympia dans le programme de Sacha Distel et Dionne Warwick. Elle n'était donc déjà plus une concurrente du Jeu de la chance, mais une invitée de l'émission.
Puis, en novembre 1968, pour souligner les trois ans de la carrière de Mireille, Télé-Dimanche lui consacra une émission spéciale que Mireille ouvrait sur une "reconstitution" de son premier passage dans cette émission, avec une interprétation de Jezebel. Elle avait pour l'occasion revêtu la petite robe noire de ses débuts et modifié très légèrement sa coiffure, mais le décor de l'émission, qui regroupe de nombreuses photos d'elle prises en 1967 et 1968, la "trahissent".

Andrès. - Elle était toujours sous l'influence de Piaf mais j'aimais çà car c'était des chansons de son répertoire, enfin je pense. Elle était partie pour être une chanteuse-interprète qui lui allait bien avec cette influence qui la montrait volontaire dans son exécution... Vu son âge et son vécu il est normal que Mr Stark l'ait "déprogrammée" pour en faire la star qu'elle est devenue.

Elle. - "Programmer" est un bon choix de mot, Andrès. À revoir des clips de ses premiers débuts, on voit bien le naturel d'une adolescente. Ce naturel sera très vite remplacé par une rigidité et une robotisation dans les mouvements, dans l'interprétation, dans les réponses toutes faites. Je respecte Stark. Mais je dis qu'il a trop poussé, exagéré, ce désire de perfection. Il lui a enlevé toute spontanéité et naturel. Pourtant, ce qui rend certaines stars américaines ou canadiennes si grandes - à part leur talent - c'est justement le fait qu'elles ont gardé cette facilité de s'exprimer avec un naturel et une verve sans pareil. Ce que Mireille arrive à peine à faire après 45 ans de carrière. On peut apprécier Stark et dire de lui qu'il était le plus grand, mais en ce sens là, tant qu'à moi, il a complètement manqué le bateau. Mireille en paie encore la note aujourd'hui.

Andrès. - Un des sommets de son répertoire au même titre que "Mon Credo 66" est cette chanson: "j'ai peur d'aimer un souvenir" dont voici une réaction dans les commentaires de You Tube: "Quelle prestation de la plus grande. Il n'y a pas une chanteuse de la nouvelle génération en France qui lui arrive aux chevilles. Mireille est dans une classe à part". Pour émettre un tel compliment il faut que cette chanson ait eu un impact important pour justifier une telle réaction. On ne peut pas en vouloir à "Tonton Stark" de l'avoir désensorcelé de son influence avec "la plus grande" (pour beaucoup de personnes et surtout de l'avis de Mireille).

Extrait assez long d'un Télé-Dimanche de 1966

21:54 Écrit par JCF | Commentaires (5) | Tags : jeud de la chance, vidéo, 1965 |  Facebook |

08/04/2010

LES OLYMPIA DE MIREILLE

dyn006_original_499_345_pjpeg_2677228_48415addf278d9eb6759e9fb1bed4ff2_2.jpg
 
HISTORICO43.jpg

Olympia - Paris - Boulevard des Capucines

Londres, New York, Berlin, Moscou, Pékin, et bien d'autres, ce sont des villes où l'on change, où le public, lorsqu'il vous a adoté, est partout le meilleur public du monde. Mais Paris c'est autre chose, Paris c'est l'Olympia, un temple magique où la chanson est reine. Ailleurs, elle voyage. A l'Olympia, elle est chez elle. (Johnny Stark).

Liste mise à jour le 09.10.2014.

avis_modifié-2.jpg1er Olympia : 28 décembre 1965 en lever de rideau. (Vedettes : Sacha Distel et Dionne Warwick).

avis_modifié-2.jpg2e Olympia : 15 septembre au 4 octobre 1966. Vedette américaine, spectacle Roger Pierre/Jean-Marc Thibault.

avis_modifié-2.jpg3e Olympia : du 14 décembre 1967 au 15 janvier 1968.

avis_modifié-2.jpg4e Olympia : du 17 décembre 1969 au 4 janvier 1970.

avis_modifié-2.jpg5e Olympia : 6 février au 4 mars 1973 (Gérard Lenorman en "vedette américaine" et Daniel Guichard).

avis_modifié-2.jpg6e Olympia : 16, 17, 18 et 19 décembre1998.

avis_modifié-2.jpg7e Olympia : du 19 au 24 novembre 2002.

avis_modifié-2.jpg8e Olympia : 18, 19, 20 ; 24, 26 et 27 novembre 2005.

avis_modifié-2.jpg24, 25 et 26 octobre 2014 (Mireille Mathieu fête ses 50 ans de carrière).

 
(Source : Programmes, MM-Avignon.)

Liens :
Encyclopédie Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Olympia_%28Paris%29
Salle Olympia : http://www.olympiahall.com