18/09/2017

Chronique de Concert - Marseille novembre 2014

marseille,concert,2014
Cette date, je l'avais réservée dès que j'avais vu l'affiche à mon AMAP, il y 6 mois je crois. En effet, comment rater une artiste de cette envergure: connue et appréciée dans le monde entier (en 2005 elle avait déjà vendu 122 millions de disques dans le monde), mais surtout qui après 50 ans de carrière (c'était le thème de cette tournée) semble toujours aimer cela et déplace encore les foules, c'est qu'il y a quelque chose. En cela, les concerts de Johnny au stade (la première fois) et celui Hugues Aufray plus récemment ici même m'avait très agréablement surpris. J'avoue qu'en dehors de sa coupe je ne connaissais rien d'elle. Incapable de vous citer un titre de chanson ou même de fredonner une mélodie. Je crois que mon premier vrai contact avec sa musique ce fut via Les Mireilles le soir du lancement de Marseille 2013 sur la Canebière.

marseille,concert,2014

Bien sûr, impossible de trouver un chroniqueur, vu que la dame est étiquetée "vieillotte" et, pire, "de droite", deux bonnes raisons pour qu'aucun journaliste de la presse branchée ou indé n'aille perdre un bout de son jeudi soir pour aller l'écouter et essayer de comprendre pourquoi ... ou alors ils l'ont déjà vu et n'aiment pas ? Ou alors ils sont là mais je ne les ai pas croisés. Toujours est-il que lorsque j'arrive et que je ne vois que le photographe de La Provence je ne suis pas vraiment surpris. Le salle est en configuration assise avec le troisième niveau fermé... Il doit donc y avoir environ 1500 personnes. La moyenne d'age est plutôt haute, par contre pas de clones comme je m'attendais éventuellement à en voir (juste vu une dame qui avait la même coupe). Le show est annoncé à 20h30 et vue la vitesse à laquelle la salle se remplit, il semblerait que le concert risque de commencer à l'heure.

marseille,concert,2014

Et en effet à 20h33 les lumières s'éteignent et le rideau s'ouvre. Sur scène il y a au moins 12 musiciens. Dans un scène éclairée en bleu violet on aperçoit sur la gauche un pianiste, un accordéoniste, une bassiste, un guitariste et un batteur et sur la droite, trois violonistes, un(e) violoncelliste, deux choristes et un clavier qui semble être aussi le chef d'orchestre. Entre les deux, une sorte de passerelle inclinée qui permet à Mireille de faire son entrée sous les hourras du public. Elle attaque par Aujourd'hui je reviens le seul morceau où elle prononcera le mot France (suivi de peu par Avignon, d'où elle est originaire). Je dis ça parce que j'étais à l'affût de tout ce qui pourrait justifier sa réputation.

marseille,concert,2014
 Impossible de me souvenir du deuxième morceau car j'étais occupé à prendre des photos sans gêner personne. D'ailleurs à ce propos le simple fait qu'elle ait accepté les photographes et avec très peu de contrainte (on n'était pas obligé de rester sur les côté comme souvent ici) était plutôt bon signe. Nombreux sont les artistes de cette catégorie à être très exigeant : exiger de valider les photos avant publications voire les interdire tout court, surtout pour des artistes qui commencent à avoir un certain age. Ici il y avait même des gens du public qui filmaient sans que ça ne pose de problèmes à Mireille ou à son staff.

marseille,concert,2014
 Elle enchaînera ensuite sur La Paloma Adieu qu'elle dédie à la mémoire de Manitos de Plata décédé la veille, puis la chanson d'amour Ce soir ils vont s'aimer. C'est vrai que c'est très vielle France et nostalgique comme style mais d'un autre côté c'est un morceau de 1967 et ça a pour moi le même charme qu'un film de l'époque. En tout cas, à ce stade, je suis déjà impressionné par sa forme. En dehors de ses déplacements prudents elle est super à l'aise, ses mouvements vifs, son regard pétille, son sourire a l'air naturel et sincère et quand elle chante elle vit se morceau. Elle vibre, elle s'agite (un peu) ce qui fait bouger sa célèbre coupe de cheveux.

marseille,concert,2014

Cette passion et même puissance dans l'interprétation de ses morceaux seront encore plus frappantes sur le morceau suivant Je t'aime à en mourir, une autre histoire d'amour qui dans sa première partie me fera un peu penser à la chanson des vieux amants de Brel, avant de virer de basculer sur la deuxième partie sur une orchestration plus Joe Dassin. A la fin du morceaux quelques fans (qu'on laisse circuler librement) lui tendent des fleurs (c'est déjà la deuxième fois et ça ne sera pas la dernière) qu'elle accepte gentiment en les remerciant.

marseille,concert,2014
En effet après Una Canzone rebelote. Entre chaque morceau il y a toujours quelqu'un pour crier " Mireille ! Mireille ! " ou " T'es belle Mireille (avec l'accent) on t'aime !". Mireille finit la plupart de ses morceaux les bras écarté le regard vers le ciel sous les projecteurs qui s'éteignent ensuite d'un coup alors qu'elle garde la pause. Un autre truc qui était curieux de là où j'étais (en bas sur le côté) c'était cette façon de chanter en regardant sur les côtés comme si il y avait des balcons ou des parties latérales dans la salle alors qu'il n'y avait qu'un tout petit balcon en haut et personne en bas (en dehors de moi, au point que ça pouvait me donner l'impression qu'elle chantait pour moi).

marseille,concert,2014
Suivra Je t'aime avec ma peau puis Paris en colère bien puissant sur scène (là-aussi j'ai pensé à Brel) avec son côté guinguette. L'hymne à l'amour de Piaf et Donne ton coeur, donne ta vie viendront clore en beauté ce premier set de 45 minutes. En effet à 21h16 le rideau se refermera devant une Mireille les bras levés vers le ciel, laissant un fan et son cadeau en plan (mais celui-ci aura eu tout le deuxième set pour le lui remettre). L'entracte devant durer une demi heure je préférerais rentrer chez moi pour libérer la babysitter, mais il est clair que sans interruption je serais sûrement resté jusqu'à la fin pour écouter ces chansons d'un autre temps et cette voix chevrotante mais assurée.

marseille,concert,2014
En tout cas, je comprends mieux le succès de Mireille Mathieu et toujours aussi peu l'espèce d'acharnement médiatique qui se limite à se moquer de sa coupe, lui reprocher d'avoir jouer pour Sarkozy ou devant Poutine et Kadhafi, tout en oubliant qu'elle a aussi joué pour Delanoé et plein d'autres, mais surtout qu'elle joue pour les gens qui l'écoute des chansons dont la plupart des textes sont complètement apolitiques. Et ce soir elle aura prononcé qu'une fois le mot " France " et (je n'ai pas compté mais ça devait bien être) 250 fois le mot " aimer ". En partant, je jette un coup d'oeil au stand merchandising, plutôt soft : un programme avec photos (10 euros) et son dernier disque...

marseille,concert,2014

17:08 Écrit par JCF | Commentaires (1) | Tags : marseille, concert, 2014 |  Facebook |

Commentaires

cette personne s'est trompée...

Ce n'est pas "Aujourd'hui, je reviens", mais "Quand on revient" que chantait Mireille...Dans "Aujourd'hui, je reviens", le mot "FRANCE" n'apparaît pas.

Écrit par : Daphné d'Hautefeuille | 22/09/2017

Les commentaires sont fermés.