08/11/2016

Dalida - Mémoires

41NW2RGQKgL__SX319_BO1,204,203,200_.jpg

"Dalida - Mon frère tu écriras mes mémoires"
Editeur Plon - 512 pages
Sortie : 3 novembre 2016 

Avant propos

Philippe, du site Aujourd'hui je reviens", signale que ce livre est une réédition (mot pour mot) de celui de 1995, il y a donc 21 ans.
Cela dit, l'ouvrage est prosthume, et comme la mémoire d'Orlando devait être meilleure en 1995 qu'aujourd'hui, les fans de Dalida n'auront pas l'inconfort de lire des mémoires altérées par le temps.
Qui dit biographie officielle dit silence sur ce qu'il est préférable de taire. D'où l'utilité des éditions non officielles qui fournissent les éléments indispensables permettant de mieux cerner, s'il se peut, la personnalité de cette artiste qui ne nous a jamais vraiment quittés.

Présentation de l'éditeur

Dalida, par sa façon de traverser l'histoire, d'en illustrer les changements, est une véritable héroïne de notre temps. La petite fille aux grosses lunettes née dans un faubourg populaire du Caire devient Miss Egypte, puis "Mademoiselle Bambino', la reine des juke-boxes. Son répertoire s'élargit aux grandes chansons à textes, ce qui lui vaut le surnom de "Callas des variétés'. Star de cinéma, meneuse de revues à grand spectacle, Dalida s'entoure aussi à la ville d'amis importants, comme François Mitterrand ou plus tard Jacques Chirac. Son suicide est un événement qui en fait par-delà la mort une icône pour la France entière. 

Biographie de l'auteur

Catherine Rihoit est romancière et journaliste, auteur de plusieurs biographies. Orlando, de son vrai nom Bruno Gigliotti, est un producteur de renom, frère cadet de Dalida.

DALIDA, A LA VIE, A LA MORT
Par Martine de Rabaudy ("L'Express")

Catherine Rihoit, biographe appliquée, prête sa plume au frère de l'idole regrettée.
Pour parvenir jusqu'à elle, c'est vrai, il n'existait d'autre voie que celle qui passait d'abord par lui: Orlando, son plus jeune frère. Il lui avait voué son existence de la même façon qu'un moine lie la sienne à Dieu. Témoin le titre à l'accent testamentaire de la biographie de Dalida par Catherine Rihoit: Mon frère, tu écriras mes Mémoires. 500 pages luxuriantes pour un être qui dépassa de peu 50 années. Mais qui rencontra tout ce qui fait d'une vie un destin: la lutte, la gloire, l'amour, la solitude et le suicide. 
Au commencement était une petite fille d'origine calabraise, née en Egypte. De l'adolescence assombrie par la perte d'un père adoré, elle gardera, à l'âge adulte, un inguérissable syndrome d'abandon, qu'aucun homme ni aucun succès ne pourra jamais apaiser. Douée d'une voix très tôt remarquée, acharnée au travail, aiguillonnée par une perpétuelle insatisfaction, consumée par une angoisse permanente, Dalida fut attirée par la mystique, suivit des cures psychanalytiques et, au bout du compte, épuisée, ne trouva plus comme porte de sortie que celle qui ouvre sur la mort.  
Ce que démontre avec force et compassion Catherine Rihoit, c'est la harcelante cohabitation de deux pôles: les lumières artificielles et le soleil noir intérieur qui la brûlait. C'est aussi grâce à son incessant combat que la farouche Yolanda du Caire s'est, au fil du temps, métamorphosée en une planétaire Dalida, vendant plus de 100 millions de disques, chantant dans toutes les langues, sur les scènes du monde entier. Surnommée à ses débuts Mlle Bambino, on l'appela ensuite la Callas des variétés.
Sa popularité sans frontières, elle la devait, comme d'ailleurs Marilyn, à cet irrésistible mélange de vamp et de bonne fille abîmée par une fêlure de plus en plus visible. Elle était l'illustration de l'implacable sentence formulée par une autre femme célèbre, Germaine de Staël: «La gloire est le deuil éclatant du bonheur.»  

18:38 Écrit par RicoSouvenirs | Commentaires (0) | Tags : dalida, livre, biographie, plon, 2016 |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.