08/09/2016

Mireille Mathieu peinte par Nikas Safronov

60 x 42 cm 2010 mm.jpgnikas s MM 1.JPG* Nikas Safronov (Nikolai Stepanovich Safronov) est né dans la ville de Ulyanovsk, le 8 avril 1956.
* Plus de 700 de ses œuvres ont été acquises par des collectionneurs internationaux.
* Parmi les propriétaires actuels nous comptons, entre autres, Sophia Loren, Pierre Cardin, Gérard Depardieu, Diana Ross, Montserrat Caballe, Mikhaïl Gorbatchev, etc.
* Il a peint des portraits de nombreuses personnalités comme Vladimir Poutine, Mikhaïl Gorbatchev, présidents de la Turquie, l'Equateur, le Brésil, le roi d'Espagne, Julio Iglesias, Diana Ross, Montserrat Caballe, Jack Nicholson, Sting, Elton John, Mick Jagger, Tina Turner, Jean-Paul Belmondo, Sophia Loren, Catherine Deneuve, Woody Allen et Mireille Mathieu.
* La Russian Noble Society lui a donné le titre de Prince en 1997 et, en octobre 1996, les astronomes des États-Unis nommés une nouvelle étoile dans la constellation d'Andromède d'après Nikas Safronov.

Nikas Safronov a fait plus que quiconque pour l'histoire de l'art russe depuis la fin du 20 siècle. Il a été marié deux fois. Sa première femme était Française, la deuxième Italienne. Il vit à Moscou et travaille en Russie, en Italie et en Angleterre.

Source : viola.bz/nikas-safronov/ (adapté par RicoSouvenirs)
Tableau Mireille Mathieu par Nikas Safronov : format 30 x 42 cm.
Brève biographie en anglaishttp://nikas.ru/en/bio/ 

nikas safronov,peinture,2016,artiste,russie

nikas safronov,peinture,2016,artiste,russieLe prince du bling-bling par Laura-Julie Perrault "La Presse" (extrait - 03.12.2011)
Photo : Alexander Zemlianichenko Jr

[...] La modestie n'est pas dans le vocabulaire de Nikas Safronov. Le peintre russe, qui rappelle d'entrée de jeu à ses interlocuteurs qu'il a été nommé le peintre le plus célèbre de son pays par un magazine, est l'incarnation même de la «Nouvelle Russie». Cette classe sociale de nouveaux riches, apparue après la chute du communisme, a imposé sa loi et ses goûts dans la Russie des années 90.

Ce n'est pas en mettant la main sur les ressources naturelles du pays, comme de nombreux oligarques, que Nikas Safronov s'est enrichi, mais en devenant le portraitiste de cette nouvelle élite, bourrée aux as. «Je vends aussi beaucoup de mes toiles à l'étranger», précise-t-il. Il a peint autant Vladimir Poutine qu'Elton John. Sting que l'ancien dictateur azerbaïdjanais Gueïdar Aliev. Les murs de son bureau sont couverts de photos du peintre avec les riches et célèbres de Russie et d'ailleurs.

Même si la Nouvelle Russie lui a manifestement été profitable - un appartement comme le sien vaut plusieurs millions dans la ville réputée la plus chère du monde -, Nikas Safronov évoque avec nostalgie la période soviétique qui l'a vu grandir.

Fils d'un militaire exilé pendant la période stalinienne, né à Oulianov, ville natale de Lénine, Nikas Safronov a flirté avec l'idée de s'enrôler dans la marine de l'Armée rouge avant de faire des études en art. «À l'époque, les gens ne pensaient pas seulement à l'argent. Il y avait plus d'égalité dans les rapports, plus de vérité, de naïveté», dit-il, penseur.

nikas safronov,peinture,2016,artiste,russieC'est pendant la perestroïka et la glasnost des années 80 que le peintre a bâti sa renommée et sa réputation de Casanova russe, devenant du coup une vedette des médias nouvellement libéralisés. Cette célébrité, qui a monté d'un cran après l'effondrement de l'Union soviétique et l'ascension triomphale de la Nouvelle Russie, il l'alimente quotidiennement en accordant des entrevues à la chaîne et en se pointant à au moins deux événements mondains tous les soirs. Il joue encore au Casanova et n'hésite jamais à offrir à ses interlocutrices (montréalaises, notamment) d'être le père de leurs enfants...

«Avant, j'étais absolument partout. Maintenant, je choisis davantage. Je ne suis plus le Paris Hilton de Moscou», dit-il, admettant avoir été doublé par plus jeune et plus clinquant que lui.

Il avoue aussi ne plus régner sur la scène artistique comme dans les années 90. Le milieu des arts contemporains en Russie est en pleine ébullition. Pour la nouvelle génération, Nikas Safronov est le roi du kitsch. «Ils se disent artistes, mais font n'importe quoi! dénonce le quinquagénaire. L'appréciation pour les arts classiques se perd.» Tout comme l'attrait de la Russie bling-bling dont Nikas Safronov a longtemps été le prince.

01:31 Écrit par JCF | Commentaires (0) | Tags : nikas safronov, peinture, 2016, artiste, russie |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.