09/03/2015

Mireille Mathieu - Edito

berlin5cb2.jpgMireille Mathieu est souvent moquée par les humoristes. Pourtant, sa dernière compilation est disque d'or et ses concerts sont toujours remplis.

"Personne n'aime cette artiste, sauf le public". Cette phrase célèbre est toujours vraie, qui désigne les artistes populaires ignorés ou maltraités par la critique. Elle est peut-être plus vraie encore à notre époque où "les as du 2.0" considèrent que l'on n'est rien si l'on n'est pas un Mozart du tweet, un Doisneau du selfie ou un Lamartine du hashtag : "Dites-moi ce que vous pensez surtout si vous ne pensez rien". Cette évolution technologique rend "parfois aveugle" même ceux qui ne racontent pas leur vie avant de la vivre.

Prenons le cas de Mireille Mathieu. Évidemment à l'opposé de l'"artiste nunuche qui chante limite faux" décrite par les humoristes. La rumeur tombe dès qu'on assiste aux répétitions de ses tours de chant. Comme tombe cette autre "révélation" qui veut qu'elle triomphe à l'étranger depuis qu'elle n'a plus de succès en France. Là, c'est Sony et Mediamétrie qui démentent. Sa récente compilation a été disque d'or et son retour dans l'hebdomadaire de Michel Drucker un gros succès sur France 2, tout comme la récente spéciale de Stéphane Bern à 20h50, record de l'année côté divertissements.

Une artiste qui émeut encore son public

Et l'étranger ? Facile à vérifier. Samedi, elle faisait précisément halte à Vienne, la ville du bien boire et du bien chanter, bref la ville où on boit les paroles des artistes. J'ai pris la plus belle gifle artistique de ma vie dans cette salle à l'acoustique parfaite. Elle contenait 2000 personnes de tous âges de tous milieux, du cadre aux "babas et bobos cool" trop jeunes pour avoir vu la chute du mur de Berlin. Sur scène ? La "chanteuse avait 20 ans", avec une voix magique provoquant la transe d'un jeune ténor cubain, et les larmes du créateur d'une école de théâtre russe, un acteur de 92 ans venu la voir  avant de mourir".

Même les plus "taquins" ont été épatés par cette petite bonne femme pleine d'égards et si sollicitée que, déjà en peignoir, elle dut revenir saluer un public qui refusait de quitter la salle. Oui, devant cette fille de tailleur de pierre et de pierres tombales, personne ne restait de marbre. 

Texte de : Isabelle Morini-Bosc - La viennoiserie de Mireille Mathieu

20:50 Écrit par JCF | Commentaires (0) | Tags : viennoiserie, morini-bosc, isabelle, 2015 |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.