02/03/2015

RicoLundi

RicoLundiRicoLundiricolundiMireille ne fait pas partie des années yé-yé du magazine Ici-Paris. Faut-il s'en étonner ? Le site français MM n° 1, "Aujourd'hui je reviens", essaie brièvement y répondre avec l'enthousiasme qu'on lui connaît. Mais Mireille Mathieu ne fait-elle vraiment pas partie d'une époque bien précise - celle de l'après Piaf qui marque l'essor d'une masse d'imitatrices de la môme et qui a permis à Mireille Mathieu et Georgette Lemaire de se distinguer médiatiquement en 1965 ? Partant de ce postulat, Mireille Mathieu a-t-elle été yé-yé ou non - et a-t-elle fait partie de cette époque ? Ayant été invité à répondre, j'ai consulté ma bible des années 60-70 pour en tirer la conclusion qui suit.

Oui, Mireille Mathieu fait partie des années yé-yé si cela n'implique pas d'être pour autant un  chanteur yé-yé et si l'on considère que les années yé-yé vont au-delà des années 65 ou 66, car il ne faut pas perdre de vue que très vite la vague yé-yé authentique de 1960, celle qui ne concernait que les "teenagers", s'est essoufflée au profit de variétés qui s'ouvraient à un public beaucoup plus large.
Le mouvement yé-yé a donc surtout marqué le début des années 60. Les jeunes se sont alors différenciés comme jamais de leurs aînés en créant les conditions d'une culture musicale "jeune" (tourne-disque, hit-parades, transistors, émissions radiophoniques, etc.). De plus il se reconnaissaient enfin dans un chanteur , une chanson, un style, conçus par et pour les jeunes. Avec l'arrivée de la beatlemania et l'essor du rock anglo-saxon, le phénomène  yé-yé  a cependant été bien vite renvoyé à ce qu'il est : de la guimauve pour adolescent. Or Mireille Mathieu a enregistré son premier 45 en 1966 !
RicoLundiSi Mireille Mathieu par son style ni twist ni rock se distingue en cela des chanteurs yé-yé de la première heure choisis par les jeunes (Johnny, Sylvie, Sheila, etc.), il faut se souvenir aussi que ce sont les parents de tous ces jeunes qui l'avaient plébiscitée à Télé-Dimanche dans le souvenir d'Edith Piaf morte en 1963. 
Si, en toute logique, Mireille Mathieu ne peut être considérée comme une chanteuse yé-yé ou être associée à ce mouvement, il est cependant indéniable qu'elle a fait partie de la "bande des copains", donc de la "génération yé-yé" puisque nous la retrouvions très régulièrement dans l'émission "Salut les Copains" animée par Daniel Filipacchi et le magazine mensuel qui lui faisait écho. 
Mireille Mathieu fera carrière de façon bien personnelle, contrairement aux artistes yé-yés obligés de survivre en renaissant musicalement au gré des modes et des styles. Elle en est sortie gagnante puisque aucune chanteuse française n'a reçu plus de disques d'or et de platine qu'elle.
Voilà mon cher Philippe, j'espère avoir remporté le Mickey d'or avec ce semblant de culture que tout visiteur peut compléter, corriger, contester  ou préciser via les commentaires ou par e-mail (rico.blog@skynet.be). 

* "Les Fabuleuses années 60-70" (CYEL Editions) séduiront, par la richesse des photos et l'intérêt du texte,  tous ceux qui souhaitent faire un voyage au temps de yé-yés. Les thèmes : Rockers et yé-yés - Grandes voix et grands textes - Stars et variétés - Les émissions de variété - Vie quotidienne et passions des années 60-70.  (Voir amazon)
* Autres lectures recommandée :  Ciao ! Avis : Que dire des années 60 ?  et Wikipédia.  

ricolundiricolundiLe double DVD Olympia est en vente en Belgique également. Première réaction de James qui déjà possédait le premier concert sous forme de 33 tours et crois avoir entendu le second sur Europe 1 à l'époque : les enchaînements gâchent l'écoute et le plaisir de se retrouver comme en 67 ou 69 devant son poste de radio à écouter la diffusion de la première du concert de Mireille. Cela dit, James souligne qu'il trouve ce CD superbe. N'est-ce pas l'essentiel ?
Comme son ami Pierrot, Mireille chante à la chaîne sur ces deux disques. C'était caractéristique pour l'époque. Les 2 concerts répondent favorablement à mon attente. Que de belles chansons déjà ! S'il y a un reproche à faire c'est du côté du public... En effet, si contrairement à ce que je suis parfois tenté de croire, les applaudissements, qui ressemblent plus à un énorme grésillement (même durée, même tonalité, même façon), n'ont pas été ajoutés par la suite à un enregistrement Olympia sans public (avec le sieur Stark tout était possible), je me félicite d'avoir vu ces deux concerts à Bruxelles plutôt qu'à Paris car le public m'y semblait de loin plus enthousiaste. Heureusement pour Mireille, ça s'est arrangé par la suite.
Mais qu'importe après tout, ce sont les chansons et la voix qui comptent et sur ce point il n'y a rien à redire (sinon un medley assez fade qui rompt le charme du concert 1969). Et puis, quel bonheur d'entendre interpréter quelques grands succès dans des versions différentes des enregistrements connus.
D'accord pas d'accord ? Lâchez-vous par voie de commentaire.

ricolundiricolundiPeut-on (encore) rire de tout ? C'est la question que pose le magazine LIRE du mois de mars. Le magazine par excellence des amateurs de bons livres, donc aussi des groupies de Philippe Besson.
Selon l'éditorialiste François Busnel, l'important aujourd'hui n'est pas d'être provocateur, insolent, licencieux, émancipé... mais que l'on ait le droit de l'être. 
Elisabeth Badinter quant à elle déclare : "Je pense qu'il faut respecter les hommes pas les idées. C'est la différence entre Charlie Hebdo et Dieudonné."

Puisqu'il en est ainsi j'ai modifié quelque peu la couverture du magazine en la personnalisant pour le blog Avignon puisqu'elle porte ma réponse. Les Charlie apprécieront. 

ricolundi,2015

Prochain RicoLundi dans une semaine, un moi ou un an... si Dieu le veut !

(Merci au site Aujourd'hui je reviens pour la perche aimablement tendue en ce qui concerne les années yé-yé.)

10:17 Écrit par JCF | Commentaires (2) | Tags : ricolundi, 2015 |  Facebook |

Commentaires

Peut-on (encore) rire de tout : effectivement non en ce moment, vu les conséquences que cela a produites, à cause de l'intransigeance des religieux ; mais oui, si ces religieux respectaient leur religion avec : "aime ton prochain comme toi-même" et non aimer soi-même chez l'autre, nous rentrons alors dans les conflits via les guerres de religion, ce qui est en contradiction avec les principes des religions. Ce qui enclenche les guerres de religion, ce sont les différents rites : s'il n'y avait que des croyants, nous serions déjà au "Paradis"... sur terre.

Écrit par : Andrès | 02/03/2015

il est vrai que je trouve la version live de mon amour me revient bien plus forte que l'enregistrement studio
cette chanson me semblerait tout à fait appropriée pour le festival de musiques militaires de MOSCOU......

Écrit par : James | 03/03/2015

Les commentaires sont fermés.