22/10/2013

Laurette Goubelle, une passion qui ne date pas d'hier

laurette goubelleBoulogne-sur-mer: Laurette Goubelle, la môme du Chemin Vert qui chante Piaf comme une reine ! 

Publié le 22/10/2013

Par Emmanuelle Dupeux

Il y a 15 jours, Laurette Goubelle a décroché à Orléans le premier prix d’un challenge national de chanson organisé en hommage à Édith Piaf. Cette Boulonnaise accro de la «môme» redémarre à 41 ans une carrière dans la chanson et a sorti son premier CD.

L’hiver dernier, Laurette Goubelle s’est inscrite sur Internet au challenge national organisé par les amis de Piaf pour le 50e anniversaire de la disparition de la célèbre chanteuse. Parmi 90 candidates, à l’issue de plusieurs sélections, elle s’est retrouvée dans les 13 finalistes. C’était samedi 5 octobre à Orléans. Pour l’occasion, elle était vêtue d’une petite robe noire classique. Et sa voix puissante et émouvante au vibrato étonnamment proche de celui de l’interprète de Padam a fait merveille, puisqu’elle a terminé première, avec Milord. « J’ai reçu un prix de 600 €, raconte Laurette, mais ce n’est pas ça qui m’importait ! » Non, ce qui l’a fait vibrer, c’est que son diplôme lui a été remis par Charles Dumont, fidèle ami d’Édith Piaf (auteur de Non je ne regrette rien). Et surtout, cette reconnaissance lui a prouvé qu’elle était sur la bonne voie… Après une parenthèse de plus de 20 ans, notre habitante du Chemin Vert expatriée près d’Aire-sur-la Lys depuis deux ans, a décidé de vivre de la chanson.

« Raide de cette voix ! »

Une passion qui ne date pas d’hier… « Quand j’étais petite, au lieu de jouer à la poupée, je prenais un miroir et une brosse (son micro !) et je passais mon temps à chanter » se remémore Laurette. À 4-5 ans, cette fille d’un papa poissonnier entonne les hits de la Revue. Plus tard, elle se lance dans les radio-crochets à Boulogne. À 12 ans, elle gagne un premier prix avec le tube de Jacky Quartz. Pour la finale, sa mère lui suggère de chanter Piaf. « Elle m’a fait écouter… En quelques minutes, je suis tombée raide de cette voix. » Laurette achète tous ses disques… et remporte le concours sur la scène de Monsigny avec L’accordéoniste. À compter de ce jour, elle apprend tout Piaf par cœur et enchaîne les radio-crochets. À 14 ans et demi, à Calais, lors d’un concours organisé pour les 25 ans du décès de Piaf (où elle gagne déjà avec Milord !), elle est repérée par un orchestre de Boulogne… Avec lui, la jeune chanteuse autodidacte va tourner pendant deux ans. Tous les week-ends. Au Casino de Calais, dans la région, à Deauville… et même un été sur l’île d’Oléron. Avec Piaf au répertoire bien sûr, mais aussi les stars françaises des années 80 : Kaas, Niagara, Guesh Patty…

À 17 ans, elle rencontre celui qui deviendra le père de ses deux enfants. « Tout s’est arrêté. » Vingt ans plus tard, après une douloureuse rupture, elle rencontre Thierry, grâce auquel elle voit à présent à nouveau la vie en rose, dans la vie et sur scène. « C’est mon mentor. Il m’a poussée à reprendre alors que je pensais que c’était trop tard. Il s’investit énormément pour moi ! » Avec lui, elle a créé un site internet, posté des vidéos, acheté du matériel, démarché… À 39 ans, elle est remontée sur scène et a rencontré un compositeur, Jamy Kalbez, auteur de 10 des 13 titres de l’album Quand la môme inspire Laurette Goubelle enregistré l’hiver dernier au Studio du Bras d’Or. Des chansons « réalistes et populaires, dans l’esprit un peu guinguette de Piaf » et trois reprises de son idole. Plus de 1000 exemplaires ont déjà été vendus. Une deuxième galette doit sortir au printemps, « plus moderne mais avec le même esprit ». Peut-être dans la lignée de Zaz, artiste qu’elle adore « pour sa simplicité ». Depuis deux ans, Laurette vit de sa passion. Intermittente du spectacle, elle travaille avec une sono et des bandes-son – avis aux musiciens ! – et se produit dans les restaurants, maisons de retraite, lors de fêtes, repas-spectacles, soirées privées… Dans la région, en Belgique, dans la Somme, jusqu’à Reims… Le week-end dernier, à Saint-Pol-sur-Mer, elle a chanté en sosie physique et vocal de Piaf. « C’était la première fois et ça a cartonné ! » Le spectacle doit être vendu dans toute la France. « Quand je vois tout ce qui m’est arrivé en un an et demi, c’est magique ! » sourit-elle. Un bonheur de tous les jours.

Reste un regret : ne jamais avoir encore pu montrer son talent à sa ville natale. « Présenter mon spectacle au théâtre Monsigny serait mon rêve. » À bon entendeur…

 

19:42 Écrit par JCF | Commentaires (2) | Tags : laurette goubelle |  Facebook |

Commentaires

j'aime j'aime

Écrit par : labat | 23/10/2013

MOI, J'Adore, J'Adore

Écrit par : Michel | 30/10/2013

Les commentaires sont fermés.