12/10/2013

Drucker - De la lumière à l'oubli

41-0oa0-OEL__.jpgMichel Durcker se félicite d'avoir pu s'asseoir jadis à la table de nombreux grands artistes, force est de constater que Mireille Mathieu lui reste sur l'estomac. A lire l'auteur, la star du temps jadis aurait perdu pied avec la réalité et serait imbue d'exigences  excessives. Il est donc vrai que Mireille ne peut plus aller faire pipi sans en référer à son avocat ? ("Une certaine idée de la frange" - Libération).


***

Avez-vous eu, un jour, le syndrome de la grosse tête ? demande le journaliste de L'Echo républicain à Michel Drucker. Sa réponse : Ma mère me disait toujours : “tu devrais regarder Chancel, lui reçoit Rostropovitch et Yehudi Menuhin, et toi, c’est Mireille Mathieu et Johnny Hallyday”. Ça vous calme pour de bon. Le vedettariat, c’est du sable qui vous glisse entre les doigts. La vraie vedette de la télé, c’est la télé. J’ai été trop marqué par la fin de nombreuses vedettes du petit écran qui, à un moment, étaient aussi célèbres que des acteurs ou des chanteurs : Léon Zitrone, Jacques Martin, Guy Lux, etc.

 
***
 
enregistrement-emission-radio-michel-drucker_1297478.jpgMot de l'éditeur
Toute l'année, de "Vivement Dimanche" à "Champs-Elysées", depuis le plateau du studio Gabriel au micro d'Europe 1, Michel Drucker court sans s'arrêter. Jusqu'à ce que vienne l'été, ce temps de pause et de réflexion, où, sous le soleil de sa Provence d'adoption, il "refait le match" et se projette dans les saisons à venir. Gamberge, se souvient et anticipe, lui, l'éternel inquiet qui a découvert très tôt, dès ses débuts avec Léon Zitrone, les sables mouvants de la célébrité. Qui mieux que Michel Drucker, qui accompagne et met en lumière stars, artistes, sportifs, hommes politiques depuis près de cinquante ans, sait de quels sommets mais aussi de quelles failles, de quelles chutes vertigineuses et parfois de quelles improbables résurrections sont faits les sentiers de la gloire ? Nourrie d'anecdotes, de portraits et de rencontres avec ces personnalités chères au coeur des Français, qu'il connaît si bien (Belmondo, Jacques Martin, Eric Charden, Laurent Ruquier, Claude François, François Hollande, Carla Bruni), c'est cette mémoire unique qu'il partage ici, nous entraînant backstage, là où les feux des projecteurs ne brillent plus tout à fait de la même façon. Une réflexion pleine de sagesse et de lucidité mais aussi d'autodérision sur le "dur désir de durer", au creux de laquelle se découvre un Michel Drucker que son image télévisée ne laisse pas deviner. A travers ce récit, ce sont autant de bribes de notre mémoire collective que l'on revisite, comme ces airs de chanson qu'on croyait oubliés et qui resurgissent, nous rappelant telle ou telle époque de notre propre vie. 

Les commentaires sont fermés.