22/07/2013

Mimi-Day 2013 - HISTORICO

MMDAFFICHE2013.jpg

Fixé le jour d'anniversaire de Mireille Mathieu, le Mimi-Day créé en 2005 par le blog Avignon vise à rendre hommage à Mireille Mathieu une fois par an. Les sites consacrés spécifiquement à l'artiste fêtent aujourd'hui son anniversaire 2013. Souhaitons-lui donc, comme eux, un très joyeux anniversaire.

 

ligne rouge.jpg

MMD2013-1.jpgLa révélation

Vous souvenez-vous de la première fois que vous avez vu Mireille à la télévision ou en photo ?  Moi c'était en novembre 1965, chez mes grands-parents. Nous n'avions pas encore de télévision à la maison. La famille réunie suivait avec intérêt le Jeu de chance présenté par Roger Lanzac. Et s'il y avait compétition ce jour-là entre Mireille Mathieu et Georgette Lemaire, il y en avait une autre tout aussi passionnée entre mon père et moi, l'un ayant parié sur la victoire de la petite Avignonnaise, l'autre sur celle de la Parisienne victorieuse des épreuves précédentes.

On n'est pas non plus sérieux quand on a 14 ans... et dès le lundi on oublie sa passion du dimanche. Oui mais le jeudi ? Chaque jeudi, les boîtes aux lettres de mon quartier étaient honorées d'un "loukoum exquis" pour l'amateur d'affichettes cinématographiques que j'étais. Il se présentait sous forme d'un journal toute boîtes, "Belgique numéro 1" où j'épluchais les programmations de la semaine à venir. A peine sorti de la boîte, et le journal mi ouvert, mon regard a été attiré ce jeudi de novembre par une photo illustrant un article consacré à la gagnante du "Jeu de la Chance". Enfin j'allais connaître un peu mieux ma candidate favorite, avec la certitude que désormais on l'entendrait souvent sur les ondes belges.

Je n'ai pas été déçu puisque dès la sortie du 1er 45 tours de Mireille Mathieu en mars 1966, Mireille Mathieu était devenue omniprésente avec "Mon Credo", "Ils s'embrassaient" et "Le Funambule" et "Quelle est belle",   dans des émissions belges comme "Les disques demandés", "Formule J" de Claude Delacroix et "Les Petits Matins" de Gérard Valet. Je l'entendais aussi dans "Salut les copains" de Daniel Filipacchi, moins il me semble, mais plus souvent dans l'émission d'Hubert Wayaffe, "Dans le vent", où "Mon Credo" arrivait peu à peu en-tête du hit-parade. Pour la petite histoire, bien plus tard,Jacques Mercier, présentateur de radio quittera la RTBF (Radio 21) après la radio nationale eut décidé de ne plus programmer Mireille Mathieu. Il est bon de le rappeler. Mireille le connaissait bien Jacques Mercier à l'époque (source : Michel Gheude).

Les nombreux succès

Disques (115).JPGNombreuses sont les chansons de Mireille qui ont remporté un énorme succès. Chaque nouveau 45 tours amenait un nouveau succès. Ces vinyls comprenaient 2 ou 4 chansons et constituaient les premiers éléments d'une collection qui ne cesserait de se développer. On entendait Mireille partout : chez soi, dans les bistrots, sur les transistors à la plage et surtout et à la télévision qui s'était enfin intallée chez nous en 1967. De ces années-là les premiers titres qui me viennent à l'esprit sont "La dernière valse" (1967), "Quand tu t'en iras" (1967), "Una canzone" (1968), "Mon bel amour d'été" (1969) et "La première étoile" (1969). Mais c'est sans compter les fois où j'ai applaudi Mireille Mathieu à l'Ancienne Belgique tout d'abord, dans la formule "music-hall" où l'artiste passait en deuxième partie pour interpréter une douzaine de chansons, ensuite la forumule "concert" où l'artiste était seule sur scène après un entracte et où j'étais, à chaque fois, accroché par quelques chansons particulières : "Une simple lettre" (1969), "Ce soir ils vont s'aimer" (1969), "Ensemble" (1969) et bien d'autres. 

mmscène.jpg

Mireille sur scène

La première fois que j'ai vu Mireille sur scène c'était donc à l'Ancienne Belgique. Je me souviens qu'il y avait en première partie Michel Delpech, Gérard Majax, les frères Sullon, des acrobates et autres artistes. Mireille passait donc en seconde partie et portait une robe bleue et une robe rouge Louis Féraud qui lui allaient à merveille. C'était aussi ma première dédicace sur le grand 33 tours "En direct de l'Olympia", enregistré en studio cependant. La photo qui illustre ce chapitre est celle de mon 33 tours qu'aujourd'hui encore je garde précieusement. C'est donc bien à moi que s'adressent ces grosses bises écrites avec application sous la vigilence de Johnny Stark et que Google affiche depuis près de 8 ans.

mmcarteAncienneBelgiqueRico.JPGAprès 1967, j'ai revu Mireille à l'Ancienne Belgique en 1969 et 1970. Là les souvenirs s'embrouillent un peu. Je me souviens avoir y acheté le 33 tours "Sometimes" à l'issue du concert donné en 1969. Quant à l'année 1970, le souvenir est plus précis puisque j'y étais allé avec un ami de classe fort en math que j'avais "mireillemathieutisé" comme il disait alors et qui m'a remercié à sa façon en me transmettant une grande part de sa passion pour la musique classique. Bel exemple du respect des différences comme on dirait aujourd'hui. Le plus étonné de tous était sans doute le prof de math qui n'en revenait pas que  "le matheux" avoue sans rougir avoir été conquis par l'Avignonnaise.  
Cette année 1970 était aussi plus marquante car c'est par hasard que nous avions tous deux croisé Mireille Mathieu, Johnny Stark et la "petite équipe" qui se rendaient à pied de la salle de concert à l'hôtel Amigo situé à proximité. Un hôtel chic où Mireille, aujoud'hui encore, séjourne lors de ses passages à Bruxelles. 

Plein volume ou presque

mm carte postale.jpgLes années 60 finies, finie l'école aussi et finies les bouderies estivales lorsque le Kursaal d'Ostende ou le casino de Knokke affichaient le passage estival assez régulier de Mireille à des dates qui ne me permettaient pas d'y assister. Il me fallait à présent préparer ma valise pour les 15 mois de service obligatoire à l'armée. 
Il ne fallait pas, à cette époque, être fan pour connaître les chansons de Mireille Mathieu car elle était incontournable. Mireille Mathieu c'est pour les filles disaient certains mais ils s'en accommodaient très bien. 
1er septembre 1970. François Mauriac vient de mourir et me voilà donc pour trois mois à Malines essayant de démonter-remonter-redémonter une arme en un temps record, de viser des cible s'il se peut, d'apprendre les désagrément du camouflage, etc. 
Les grands succès de Mireille étaient alors "Pardonne-moi ce caprice d'enfant" et "Donne ton coeur, donne ta vie".
Après ces trois mois de "formation", Beauvechain m'accueillait pour un terme de douze mois dans un état major où je consacrais mon temps à rédiger des rapports de chasse, subir les alertes de l'OTAN et faire des tours de garde soit sur le domaine proprement soit près de Wavre, dans un lieu aussi isolé que désert. Philips avait eu la bonne idée de lancer au début des années 60 la cassette audio. Pour combler mes moments de solitude j'emportais ainsi les miennes qui contenaient essentiellement Mireille Mathieu et que je ne me lassais pas d'écouter.

 

Mille fois bravos mais mille fois merci

MM 33T en CD 013.jpgAussitôt revenu à la vie civile fin 71, je rentrais dans une nouvelle "caserne" à savoir la banque de mon nouvel employeur. Rien à y signaler sinon que j'y ai rencontré celle qui deviendrait l'élue de mon coeur des années 70. Aujourd'hui encore je me demande comment mon entourage a pu supporter tous les tralalas que je faisais au sujet de Mireille : écouter cent fois la même chanson, acheter le moindre journal ou magazine qui parlait d'elle, découper les photos pour les coller dans un cahier jamais assez beau, la dessiner et la redessiner jusqu'à ce qu'on me dise non "Qu'elle est belle" mais que c'est beau. N'avoir d'esprit que quand on parle d'elle... Tous les fans d'un artiste ne sont-ils pas un peu fous ? Rétrospectivement je pense qui oui, mais comment peut-on les supporter !?. Comme à cérémonie des Césars il me faudrait remercier aujourd'hui papa, maman, les camarade de classe, les amies, les amis... c'est une liste sans fin.

b1_1_b.jpgMais parlons un peu chanson de 1971 à 1976, année de mon mariage, il y a eu, entre autres, les succès suivants : "Une histoire d'amour" (1971), "Acropolis Adieu" (1971), "En frappant dans nos mains" (1972), "La paloma adieu" (1973), "L'amour oublie le temps" (1974), "On ne vit pas sans se dire adieu" (1975), "Tous les enfants chantent avec moi" (1975), "Apprends-moi tornero" (1975), "La vie en rose" (1976) et "Ma mélodie d'amour" (1976). 
1973, me rappelle par ailleurs la sortie de deux films qui ont joué un rôle important dans la carrière de Mireille. "Love Story" d'Arthur Hiller (1971  - chanson "Une histoire d'amour") et "La bonne année" de Claude Lelouch (1973 - chanson du même titre), avec Françoise Fabian et Lino Ventura où Mireille, jouera elle-même un petit rôle. "Love Story" est le seul film où j'ai vu les spectateurs verser des larmes dans la salle avant d'avoir vu la première scène à l'écran. C'est dire à quel degré nous avions été conditionnés par le roman d'Erich Segal, la musique de Francis Lai et les médias. 

Knokke et ses bourgeois

RPHMMJB2.jpgMais ce serait aller vite en besogne qu'arrêter ici les années 70 à 76, car ce serait oublier que - l'Ancienne Belgique ayant fermé ses portes - je me suis rendu à Knokke, avec ma promise un ou deux week-end après notre rencontre. Nous étions au mois du juillet 1974 et le casino me rappelait mon énorme regret de n'avoir pu assister au concert de Jacques Brel et dont avec Françoise Hardy faisait la 1re partie.
Mais ce soir nous étions enfin - et Brel aussi en quelque sorte, puisque j'y voyais tout ce petit monde bourgeois très huppé qu'il avait si bien décrit dans l'ironique "Jacky". Je m'étonnais que Mireille chantât dans de tels endroit, car pour paraphraser Brel, je dirais que "on n'y applaudit pas, Monsieur, on n'y applaudit pas... on y fait clapote". Si la soirée, bien que courte - Knokke oblige - fut belle quand même, le vin posé sur notre table palliait la froideur irritante des spectateurs dont on ne savait trop ce qu'ils étaient venu faire. Mais une fois encore, c'était Knokke, son casino et une certaine bourgeoisie que nous venions de découvrir. 
Ai-je encore vu Mireille en public à cette époque ? Il me reste le souvenir d'une place réservée pour le casino d'Ostende en 1973, mais je n'ai pu m'y rendre. Un regret de plus s'ajoutait à mon palmarès déjà fort chargé.

 

Des histoires d'amour

114152216x.jpgIl y a bien sûr une grande différence entre le fait de communiquer les données biographiques que l'on détient sur un artiste - des données que je vous ai communiquées en grande partie depuis la création du blog en 2005 - et la narration de ses souvenirs que nous ont laissé l'artiste à certains moments de notre vie.
Les grands succès ne sont pas nécessairement les chansons que nous avons le mieux aimées et certaines chansons, inconnues du grand public peuvent ressusciter en nous des moments de joie comme de détresse. Mais jusqu'à présent, Mireille n'était là que pour les moments de joie. J'avais pour habitude de baliser les moments marquants peu ou prou de ma vie par une chansons de Mireille. Ce pouvait être l'acquisition d'un nouvel électrophone, l'annonce d'une bonne nouvelle, la décompression en période d'examen, la réussite d'une épreuve quelconque, la joie d'apprendre qu'un concert aura bientôt lieu en Belgique ou, tout simplement, l'envie d'agrémenter mes moments de solitude par une présence amie. C'est ainsi que, aujourd'hui encore, les chansons de Mireille Mathieu réveillent bon nombres de souvenirs récents ou lointains dès que je les entends. C'est aussi une des raisons qu'il semble inexplicable à mon entourage de savoir que j'écoute avec autant de plaisir de jadis des chansons considérées parfois comme ringarde. Mais sur ce point je suis bien trop mal placé pour juger.

PID_$1736524$_c8dc6284-3014-11e2-a590-c989b289c4a4_web_JPG_h600.jpgMe voilà donc marié en l'an de grâce 1976. Il me semble que c'est à cette époques que les disques de Mireille Mathieu devenaient progressivement moins populaires et que j'éprouvais de plus en plus de difficultés pour trouver les 33 tours qui ne s'offraient plus comme dans la vitrine des disquaires.
Le répertoire commençait à prendre à peu une autre "couleur" et de grandes chansons ont vu le jour comme "Mille Colombes" (1977), "A Blue Bayou" (1978), "Je t'aime avec ma peau" (1978) - chanson très appréciée en Flandres) -, "Une femme amoureuse" (1979), "Bravo tu as gagné" (1981), "New York" (1982) et "Together We're Strong" ("1983") qui est probablement le dernier grand succès radiophonique de Mireille puisqu'elle a figure assez longtemps dans le hit-parade de la radio nationale néerlandophone. Patrick Duffi (allias Bobby) et Dallas Bobby devaient y être pour quelque chose, c'est ça le marketing, mais le succès de l'entreprise est incontestable.

Moins de succès radiophonique, n'implique pas cependant moins d'intérêt dans les médias en général, puisque nous retrouvions Mireille Mathieu très souvent sur le petit écran et dans la presse. Il y a toujours des histoires d'amour avait écrit Charles Dumont ; aujourd'hui encore rien n'a changé. 

Ce qu'il y a d'assez ennuyeux avec les programmes de Mireille Mathieu c'est qu'ils indiquent rarement, voire jamais, la date des tournées. J'ai devant moi celui de la sale du Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, qui contient de très jolies photos, où je me souviens avoir été "en famille". Le bébé n'étant pas encore là, ce devait être avant 1979. Les nouvelles chansons interprétées en concert étaient, parmi tant d'autres, "Un clown est dans mon coeur" et "Le Silence". La nouvelle chanson "L'esclave" avait été fortement réclamée par le public, mais Mireille ne l'a pas interprétée. Par déduction le concert a dû avoir lieu en 1977 ou 1978. Succès énorme et spectacle enchanteur... Les couleurs allaient s'éteindre peu à peu ; il me resterait désormais une Mireille Mathieu habillée de noir Cardin optant pour une autre forme de récital. 

Les années d'apparent silence

Le dernier week-end de juillet 1987 fut, en ce qui me concerne, un week-end entièrement consacré à Mireille Mathieu puisque l'artiste se se produisait le 25 juillet au casino de Knokke et le lendemain au Kursaal Ostende. Si le récital, assez court du samedi ne m'avait pas trop enchanté, le public et l'artiste semblant chacun se demander ce qui avait bien pu les amener là, celui du dimanche soir, en revanche, m'a enthousiasmé par sa qualité et le chaleureux accueil du public international (anglais, allemand, néerlandais, français...).
L'année 1987 a également été marquée par "Le Grand Echiquier" de Jacques Chancel entièrement consacré à Mireille Mathieu et la sortie du livre "Oui, je crois" écrit par Jacqueline Cartier, en collaboration avec Mireille Mathieu. Le livre a connu un beau succès de presse grâce à l'intérêt que lui ont porté les médias.
Je retiens quatre chansons de l'année 1987 : "Rencontres de Femmes", "L'enfant volant", "Ma délivrance" et "Je suis revenue vers toi" ("Un fuoco").

2977305380.jpgEn 1988, les médias commémorait le 25e anniversaire du décès d'Edith Piaf. TF1 lui consacra, fin janvier, un très bel hommage à la Môme où nous retrouvions parmi tant d'autres artistes, Mireille Mathieu et Johnny Hallyday interprétant "A quoi ça sert l'amour". La chanson fut reprise une deuxième fois vu l'enthousiasme que ce duo inattendu avait suscité. 
Je ne vois rien d'autre de marquant pour cette année sinon que je me rendais le 18 novembre à Forest-National (Bruxelles) pour un récital Mireille Mathieu donné en faveur de l'Oeuvre Royale des Berceaux Princesse Paola. C'est la seule fois où Mireille est venue dans cette salle prestigieuse qui accueille, aujourd'hui encore, les plus grands artistes internationaux. Mireille y était au mieux de sa forme  en interprétant les chansons que nous avions pu entendre au Palais des Congrès (Paris) en 1986. Une nouvelle chanson au répertoire cependant : "L'enfant que je n'ai jamais eu".

Premiers nuages

1989 est une année bien sombre pour la carrière de Mireille Mathieu puisque, cette année-là, le talentueux Pascal Auriat (chanteur, auteur, compositeur) décède. Il devait prendre la relève de Johnny Stark en tant qu'imprésario de l'artiste. Le contrat était signé. Le destin frappe à nouveau le 24 avril 1989 au centre médical de Suresne où Johnny Stark décède à son tour. Pour la première fois l'aigle baisse la tête (E. Bonini). 1989 est cependant aussi l'année où Mireille interprète "My Life", générique du feuilleton "Till we meet again" ("Un dernier rendez-vous), d'après le roman de Judith Krantz, tandis que le premier album de Mireille en langue espagnole, "Embruyo", deviendra double disque d'or.

Les sombres années 1990

Mireille Mathieu Palais des Congrès 1990 - 3.jpgL'année 1990 sera, hélas, la dernière année où les médias belges prêteront encore régulièrement attention à Mireille Mathieu.
Mireille fêtait alors ses 25 ans de carrière au Palais des Congrès où elle se produisait pour la seconde fois. Entre-temps, Mireille avait décidé de prendre sa carrière en main avec sa soeur Monique et se verra contrainte de réduire l’intensité de ses prestations et de sa production discographique.
Mais avant la série de concerts prévue pour novembre, Mireille sort son album "L'américain" dédié à Johnny Stark. Souvenons que 
1990 est aussi l'année de la deuxième guerre du Golfe et qu'au d'août l'Irak envahit le Koweït ; l'opération "Desert Shield" se prépare ; le monde est inquiet. C'est dans ce climat de "ciel noir" que Mireille interprétera durant près de 90 minutes (sans entracte) 23 chansons. Pour la première fois peut-être dans sa carrière, elle est proche de l'échec... Certains y ont vu une mauvaise promotion publicitaire, d'autres un malaise causé par une nouvelle coupe de cheveux... Eh puis il y a la guerre du Golfe... Non, le coeur n'y est pas vraiment, Mireille semble ailleurs. Et pourtant de cette série de concert il reste une perle : "La Quête" dont le texte est de Jacques Brel, et qui n'a jamais été mise sur CD. Aujourd'hui encore des compliments continuent d'affluer pour cette magistrale interprétation.


Il faudra attendre 2002 pour que je revoie Mireille Mathieu en Belgique, au cirque royal de Bruxelles. Entre-temps, j'avais acquis quelques très beaux albums français et allemands. "Que pour toi" (1991), "Una Mujer" (1991), "Mireille Mathieu chante Piaf" (1993), "Vous lui direz" (1995), "In meinem Traum" (1996), "Alles nur ein Spiel" (1999) et "De tes mains" (2002). Sur le plan médiatique, ces années sont classées pour moi dans le dossier de l'absence. La télévision allemande accueillait cependant régulièrement la "demoiselle" dans de nombreux shows avec un enthousiasme à la fois rassurant et réconfortant ("Last Night Show", "Meine Welt ist die Musik", "Das Sommerfest der Voksmusik", etc.
Mes chansons françaises préférées pour cette période 1990-2002 ? "Non, je ne regrette rien", "L'homme à la moto", "Que pour toi", "Pour la vie", "Comme si c'était écrit", "Vous lui direz", "A la moitié de la distance", "Une chanson signée je t'aime", "C'était pas la peine", "La solitude", "Les larmes de tes yeux" et "La même histoire".

mm875.jpgEn 2005, Mireille Mathieu n'est pas passée par la Belgique pour fêter ses 40 ans de carrière. C'est l'Olympia qui l'a accueillie avec le succès que l'on sait. Une tournée s'en est suivie. On pouvait espérer pouvoir parler enfin de "retour" à l'avant-plan de la chanson française avec l'excellent CD "Une place dans mon coeur", dont les plus belles chansons sont peut-être "Toute une vie" et "Un peu d'espérance". Mireille Mathieu récoltera les honneurs en France à l'étranger. Elle donnera, en 2008, 2010 et 2013, de nombreux concerts en Allemagne et quelques-un en Russie, en Lettonie, en Lituanie et en Pologne.

(Ajout du 28.05.2014) - Mireille Mathieu 
fête en 2014, ses 50 ans de carrière avec un passage à l'Olympia suivi d'une tournée dans plusieurs pays d'Europe, dont la Belgique. Pourquoi situer ses débuts en 2014 ? Parce que c'est l'année de sa victoire au radio-crochet "On chante dans mon quartier" avec "La vie en rose" d'Edith Piaf), un concours organisé par le C.C.A.A.A. (Comité de coordination des activités avignonnaises) créé à l'initiative de Raoul Colombe, adjoint au maire d'Avignon. C'est par ailleurs Raoul Colombe qui édite, après cette victoire, une bande magnétique de la "petite", qu'il s'emploie à diffuser dans toutes les maisons de disques ayant déjà eu des contacts pour la carrière de Michèle Torr, gagnante du critérium de 1962.    

Pour les détails précis sur la carrière de Mireille Mathieu, voyez l'encyclopédie internet Wikipédia qui lui consacre un article dans de nombreuses langues.

ECOUTEZ MIREILLE MATHIEU DANS DE NOMBREUSES
CHANSONS DE SON REPERTOIRE

ligne rouge.jpg

LES INVITEES :
MARIE-CHRISTINE URBACH & LAURETTE GOUBELLE

14:10 Écrit par JCF | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

Salut Rico,

Avec la "Quête", la sélection de chansons dans ta vidéo "Avec nos meilleurs souvenirs" souligne bien les grandes capacités d'interprétation et les qualités d'interprète de Mireille. Mireille étant très éclectique la soustrait donc des comparaisons avec les autres chanteuses, sinon première, JE M'EXCUSE POUR LES AUTRES, lol.

Bonne continuation.

Écrit par : Andrès | 23/07/2013

Je suis très éclectique en chansons, j'aime Mireille Mathieu, mais comme Mireille est très éclectique, elle suffit à mon bonheur, lol.

Écrit par : Andrès | 26/07/2013

Tout comme le bon vin en quelque sorte... L'essentiel est de ne pas se scléroser si l'on aspire à plus que le suffisant. Bonne journée, Andrès.

Écrit par : Ricochet | 26/07/2013

Un très grand merci! J'ai passé quelques heures de bonheur, revoyant tous ces moments superbes, en écoutant la voix superbe de notre petite mais si grande Mireille. Je suis une Admiratrice depuis 40 ans et je serai certainement au rendez-vous pour fêter ses 50 ans de carrière. Je n'oublirai jamais qu'elle était toujours là pour me donner du courage dans les periodes dificiles de ma vie et pour m'accompagner dans les moments de bonheur. Merci Mireille et merci Rico!
Mady
52 ans, Roosdaal, Belgique

Écrit par : Mady Van Waeyenberg | 26/07/2013

Merci Mady. Savoir que cet article a donné un peu de bonhour à un ou plusieurs quelques visiteurs est une belle récompense. Bon week-end.

Écrit par : Ricochet | 26/07/2013

Les commentaires sont fermés.