23/10/2012

Mireille chante Piaf au Palais des Congrès en 1990

img884MMEP.jpg

ligne rouge.jpg

piaf,mon dieu,les trois cloches,palais des congrès,1990Ulli. (fan allemand) - Jamais je n'oublierai les deux concerts que j´ai vu à Paris. Mireille, en grande forme, ne chantait pas un programme de "Best of" comme elle le fait habituellement depuis 1990, mais des chansons exceptionnelles de ses deux dernieres 33 tours ("L´Americain" et "Ce soir je t´ai perdu"). Beaucoup de ces chansons étaient dramatiques à l'image de sa vie qui a changé totalement après la disparation de Mr. Stark. Ni avant, ni après Mireille a chanté "Les trois cloches" dans une aussi grande forme, avec "Mon Dieu", "L´enfant que je n´ai jamais eu", "La Quête" a la fin... Des soirées d´une femme triste, d´une femme blessée par les propos tenus notamment par une certaine presse. Malheureusement, les concerts au "Palais des Congrès" n´avaient pas un grand public malgré sa grande qualité. La publicité était mauvaise car son équipe ne pouvait être à la hauteur du monstre sacré qu'était Johnny Stark.
Desormais, Mireille n´ose plus de chanter un programme exceptionnel et c´est dommage, mais je le comprends.
Les "Les trois cloches" en compagnie des deux frères Costa (je crois), "La Quête" et toutes les autres chansons interprétées ces deux soirées m'ont apporté une grande joie et sont restées dans mon coeur et mon âme.

Andrès. - Malheureusement ou heureusement pour les spectateurs qui éprouvent des émotions dans ces cas-là. Pour ce genre de chanson, c'est dans la douleur que les chanteurs interprètent mieux leurs chansons. Si Edith Piaf avait vécu une enfance, une adolescence heureuse, elle n'aurait jamais été la grande Piaf. Si nous éprouvons des émotions c'est parce que nous sommes des mortels, c'est la raison pour laquelle nous sommes dans un Univers évolutionniste et non éternel.

Commentaires

Elle a dû se faire longuement congrétuler, lol.

Écrit par : Andrès | 14/01/2013

Jamais je n'oublierai les deux concerts que j´ai vu à Paris. Mireille, en grande forme, ne chantait pas un programme de "Best of" comme elle le fait habituellement depuis 1990, mais des chansons exceptionnelles de ses deux dernieres 33 tours ("L´Americain" et "Ce soir je t´ai perdu"). Beaucoup de ces chansons étaient dramatiques à l'image de sa vie qui a changé totalement après la disparation de Mr. Stark. Ni avant, ni après Mireille a chanté "Les trois cloches" dans une aussi grande forme, avec "Mon Dieu", "L´enfant que je n´ai jamais eu", "La Quête" a la fin... Des soirées d´une femme triste, d´une femme blessée par les propos tenus notamment par une certaine presse. Malheureusement, les concerts au "Palais des Congres" n´avaient pas un grand public malgré sa grande qualité. La publicité était mauvaise car son équipe ne pouvait être à la hauteur du monstre sacré qu'était Johnny Stark.
Desormais, Mireille n´ose plus de chanter un programme exceptionnel et c´est dommage, mais je le comprends.
Les "Les trois cloches" en compagnie des deux frères Costa (je crois), "La Quête" et toutes les autres chansons interprétées ces deux soirées m'ont apporté une grande joie et sont restées dans mon coeur et mon âme.

Écrit par : Ulli Groh | 15/01/2013

Malheureusement, ou heureusement pour les spectateurs qui éprouvent des émotions dans ces cas-là. Pour ce genre de chanson c'est dans la douleur que les chanteurs interprètent mieux leurs chansons. Si Edith Piaf avait vécu une enfance, une adolescence heureuse, elle n'aurait jamais été la grande Piaf. Si nous éprouvons des émotions c'est parce que nous sommes des mortels, c'est la raison pour laquelle nous sommes dans un Univers évolutionniste et non éternel.

Écrit par : Andrès | 16/01/2013

Les commentaires sont fermés.