01/01/2011

La férocité des tontons flingueurs

b6_1_b.jpg[Introduction corrigée - voir "La plume légère.]
Chaque jour affiche le nom "Mireille Mathieu" dans l'un ou l'autre contexte. Parfois de façon très surprenante. Ainsi, aujourd'hui il est question de Mireille à l'occasion de la sortie du nouveau film d'Yves Jeuland, "Le Président" sorti dans les salle en décembre dernier. 
N'ayant ni vu le film ni lu de commentaires ailleurs que sur internet, je vous livre trois déclarations qui mêlent notre demoiselle lancée dans un débat où je ne comprends sans doute pas grand chose vu la rectification de cette intro.
Notre Mimi se serait semble-t-il lancée de le "sponsoring politique" depuis 1974, et ce avec une fidélité constante à la droite républicaine. Une fidiélité qui, à croire les anglais, lui aurait joué un bien mauvais tour en 1981. Une impression que je partage entièrement. Mireille n'a-t-elle pas été exclue du petit écran dès l'élection de François Mitterrand ?

On peut penser que Le Président, le film d'Yves Jeuland, sorti en salle le 15 décembre est consacré à Georges Frêche et à sa dernière campagne en Languedoc Roussillon. Pourtant, très vite, comme c’est le cas dans les bons documentaires politiques, le sujet déborde le projet comme le corps de Georges Frêche ne cesse de déborder le cadre du film. En la matière de film politique, la référence indépassable est Une partie de campagne de Raymond Depardon sur Giscard en 1974.
[...]
J’ai quelques amis qui souffrent comme moi, à propos d’Une partie de campagne, d’une étrange perversion. Nous tenons ce film pour culte et nous nous réunissons de temps à autre pour le regarder en nous lançant des répliques que nous connaissons par cœur. Les dialogues entre Giscard et Ponia sur « la crise cardiaque fiscale » du mari de Mireille Mathieu ou de Poher qui servirait bien de ballon à la finale de la coupe de France de rugby, valent bien par leur férocité amusée ceux de Lino Ventura et Francis Blanche dans Les tontons flingueurs.
(Source : Jérôme Leroy, 4 janvier 2011 - "Causeur", cliquez ici

1974. - Giscard d’Estaing, candidat de la droite face à François Mitterrand découvre l’usage de personnalités à des fins électorales. Raymond Depardon, à qui Giscard avait commandé un documentaire sur sa campagne, captura –entre autres coulisses réjouissantes- des images de meeting qui montraient Sheila, Dany, Mireille Mathieu ou Charles Aznavour poussant la chansonnette en guise de soutien. Le film, qui ne plaisait pas à Giscard, resta près de trois décennies au placard. Il fallut attendre 2002 pour découvrir ces images croquignolesques dans Une partie de campagne. Une première dans la mise en scène du show-biz au service de la politique.

Any resemblance to recent French political events is not totally fortuitous, French political life often works in cycles : among the artists quoted in the film for supporting Giscard was Mireille Mathieu [...] ; Mitterrand’s 1981 win spelled doom for her career ; a few months ago, she was back on centre stage, at place de la Concorde, to celebrate Nicolas Sarkozy’s election. (Source : Knol - cliquez ici)

Traduction : Toute ressemblance avec les événements politiques récents n'est pas tout à fait fortuite. La vie politique française fonctionne souvent par cycles : parmi les artistes supportant Giscard, il y avait Mireille Mathieu ; la victoire de Mitterrand en 1981 a mis un frein à sa carrière ; elle était de retour au milieu de la scène [politique] il y a quelques années, place de la Concorde, pour célébrer l'élection de Nicolas Sarkozy.    

Si vous avez vu le film "Le Président" (pas le film avec Jean Gabin et Bernard Blier) ou "Une partie de campagne", les "commentaires" sont là pour recueillir vos impressions.

la plume légère.jpg

Un président qui risque de finir en camembert...

Un lecteur attentif m'apporte la précision suivante :"Il y a une erreur dans l'introduction. On ne parle pas de Mireille dans le film d'Yves jeuland  "Le Président". Le journaliste fait une allusion au film sur Valery Giscard d'Estaing tourné en 1974 et interdit pendant presque 20 ans - par Giscard. Le film s'intitule "Une partie de campagne" (diffusé seulement en 1981).
Dans "le Président'" de 2010 (film sur Freche, président de région décédé à la fin de l'année 2010), on flingue à tout va contre la politique, le show biz, etc. et le journaliste fait un rapprochement avec le film de 1974 sur Giscard qui avec Ponia [n.d.r.
Michel Poniatowski] - son 1er ministre de l'époque -, se permettait de critiquer aussi la politique et le show-biz comme par exemple Mireille et Johnny Stark."
Non sans humour le lecteur attentif précise : "Voilà une petite rectification que je voulais apporter car si des fans se précipitent pour aller voir le passage sur Mireille dans le film "Le Président" ils risquent de repartir la queue entre les jambes." Ah qu'ils auraient été heureux de s'apercevoir qu'il en ont une, mon cher lecteur ! 

21:58 Écrit par JCF | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Merci pour cette vidéo avec Thierry Le Luron ( toujours imité, jamais égalé !), qui nous apporte quelques sourires et souvenirs en ce début d'année.

Écrit par : Cathy | 05/01/2011

Les commentaires sont fermés.