23/05/2017

Pascal Auriat (1948 - 1989)

pascal auriat_modifié-1.jpgRICORETROptf.jpgPascal Auriat obtient a écrit de nombreuses chansons et en a interprété quelques-unes lui-même.
De nombreux chanteurs ont favorisé son succès.
Il s’est éteint en 1989, en laissant derrière lui de très nombreuses chansons.

Pascal Auriat (Jean-Paul Vuillerme) est né à Paris, le 7 février 1948. Après avoir enregistré son premier disque en 1968, il passe à l’Olympia, en première partie de Sylvie Vartan en 1971.

Chansons marquantes : « 18 ans« , « Et si c’était ton fils », « Quand il reste l’amitié » et « Marlène« , qui obtient le grand prix de la critique au Festival de Spa (Belgique).

Quelques interprètes :

Mireille Mathieu : « C‘est peut-être moi qui partirai »
Jacqueline Boyer : « L‘amour se porte bien« , « De l’encre aux doigts »
Dalida : « Il venait d‘avoir 18 ans », « Justine », L’amour à la une », etc.
Georgette Lemaire : « Attends-moi la vie », « Et L’amour »
Linda de Suza : « La fille qui pleurait », « L’étrangère », « Comme vous, etc.
Daniel Guichard : »Comédien »
Shake : « De son enfance », « La vie en fête» , Une belle en plein coeur »
Les Poppys : « Corsaire »
Hervé Vilard : « Le Goéland
Jean Guidoni
: « Les vacances de larmes », « Mort à Venise »
Noam : « Goldorak », générique pour la série télévisée.

41BECVEKGKL.JPGEmmanuel Bonini rapporte dans "La véritable Mireille Mathieu" (p. 240), un témoignage de Guillaume Biro, père [n.d.r. adoptif] de Pascal Auriat :

Peu avant la disparition de l’un [Johnny Stark] et de l‘autre [Pascal Auriat], Johnny Stark avait fait appel à Pascal pour lui proposer un contrat. […] Monsieur Stark expliqua à mon fils que, victime de plusieurs alertes cardiaques et inquiet de l’avenir de Mireille, il avait pris des mesures dans ce sens et souhaitait donner un nouvel élan à sa carrière, tout en assurant, de son vivant, sa succession auprès d’elle.
- Tu as fait de l‘excellent travail pour Linda de Suza, je crois que tu es le mieux placé pour répondre à nos attentes, déclara Stark à Pascal.
Il avait préparé un contrat qui fut signé sur place. Tout est limpide et transparent entre les gens de leur classe. Johnny Stark était un Monsieur. Pascal, lui, se réjouissait à la perspective de collaborer plus étroitement avec une chanteuse qu’il admirait et respectait profondément Il lui avait d’ailleurs déjà servi une ou plusieurs de ses compositions. La gentillesse et la simplicité de Mireille, son professionnalisme, son immense talent surtout seront les derniers souvenirs que mon fils devait emporter de cette terre. Il partit peu de temps après, suivi de peu par Johnny Stark.

Sources :
1. Blog "Auteurs-compositeurs"
2. Emmanuel Bonini
3. MM-Avignon

21:07 Écrit par JCF | Commentaires (0) | Tags : 1948, pascal auriat, emmanuel bonini |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.