16/07/2014

1973 - Olympia

dyn001_original_336_427_pjpeg_2677228_22617773fdbf9665ffbc0fa36ff5bcc9.jpg

dyn001_original_336_448_pjpeg_2677228_6bd6db983b24446c800c2c61c4e5674a.jpgHISTORICO43.jpgMireille Mathieu : "Je préparais l'Olympia pour le début février. Je le voulais différent des autres. Je préparais avec arthur Plasscheart des numéros de danse avec les Ballets. Cela m'amusait beaucoup. Aux chansons romantiques que le public aimait toujours, je mêlais des chansons drôles. Ou plus exactement, si la première partie était "classique", la seconde était tout en mouvement avec les danseurs. Du music-hall : j'avais des paillettes, des plumes, un grand boa, on me hissait à bout de bras, je chantais à la manière d'une vraie revue. Mes compositeurs étaient prestigieux : Paul Mauriat, Michel Legrand, Enio Morricone, Francis Lai toujours.

En 1973, l'habitude n'est pas encore prise de présenter un spectacle au Palais des Congrès ou au Palais des Sports. Pour l'instant, l'Olympia reste le Temple incontesté des variétés françaises, le music-hall où traditionnellement les grandes vedettes font leur rentrée.
Le 7 février, Europe n° 1 retransmettait le spectacle en direct. A l'affiche, Daniel Guichard qui chante "La Tendresse" en lever de rideau, puis Gérard Lenorman. La première partie est assez courte puisqu'elle dure 35 minutes. Sitôt après l'entracte, le show de Mireille Mathieu.

Mireille Mathieu chantera à l'Olympia du 6 février au 4 mars. Elle sera accompagnée par Christian Gaubert et le Grand Orchestre de l'Olympia et entourée des ballets d'Arthur Plaschaert. Un spectacle composé d'un récital de son tour de chant d'une vingtaine de chansons rodées pour la plupart au court des concerts donnés depuis la rentrée.

dyn008_original_281_400_pjpeg__67fb96f6451fd8f9bfecfcf8caa13bd1.jpg

Chansons interprétées :

Mon Credo - Moi, c'est la chanson - Les feux de la chandeleur - En rang, soldats de l'amour - Pour le meilleur et pour le pire - J'étais si jeune -Celui que j'aime - Acropolis adieu - Il y a trop d'amour perdu - Paris un tango - Une histoire d'amour - Les moineaux de Paris - La dernière valse - J'ai gardé l'accent - Pardonne-moi ce caprice d'enfant - Qu'elle en belle - Paris en colère - En frappant dans nos mains - Tu ne m'aimes pas - Mon Homme - Mon amour me revient. 

Sources :

- "Oui, je crois" (J. Cartier / Robert Laffont) ; 
- Christian Page ;
- site Mon Credo
(liste des chansons + Christian Page) ;
- programme Olympia 1973.

L'affiche :

Johnny [Stark] avait eu une brillante idée : "Et si on demandait à Mathieu de faire ton affiche ? Mathieu par Mathieu... pas mal ça !". [...]
L'affiche, avec ses faisceaux bleu, blanc, rouge, éclatait dans tout Paris. Je trouvais qu'il [n.d.r. l'artiste]
avait été vraiment inspiré, mais je fus très déçue : il ne vint jamais me voir. Je ne l'ai donc jamais vu."
Source: "Oui, je crois" (J. Cartier / Robert Laffont, p. 397).

historico,olympia,1973

Stefane Mathieu. - Bonjour les ami(e)s, Ô le temps béni de cet Olympia 73 ! Imaginez, pas de piaferies, pas d'affreux volatiles blancs, un orchestre pas dirigé par Jean Claudric, une affiche superbe, des chansons écrites par des grands, des très grands ... le rêve absolu résumé en quelques lignes !!! A bientôt, et merci Ricochet de nous avoir rouvert cette belle page de la carrière de MM.

Wolfgang. - Salut Rico, Mireille doit se tromper dans sa liste des compositeurs des chansons pour cet Olympia - où bien la liste des chansons chantées n'est pas complète. Aucune des chansons dans ce programme n'est de Ennio Morricone. Peut-être pensait-elle à Giorgio Morroder (Moi, c'est la chanson) - ou bien quelqu'un qui a copié la liste des compositeurs nommés par Mireille s'est trompé...

Rico @ Wolfgang. - J'ai cité mes sources. Mais bon, connaissant Mireille et la façon dont elle répond aux questions il ne m'étonnerait pas qu'elle ait ici aussi sauté du coq à l'âne.

Yves. - La liste des titres interprétés à l'Olympia est complète. En fait, je croyais que le tour de chant commençait avec "Pour le meilleur et pour le pire". Mireille ne chantait aucune chanson de Morricone à cette occasion, mais elle avait déjà enregistré quatre titres de ce grand compositeur en 1971 ("Mon ami de toujours" et "Pas vu, pas pris") et 1972 ("Cuando verrano i giorni" et "Nata libera").

14:04 Écrit par JCF | Commentaires (3) | Tags : historico, olympia, 1973 |  Facebook |

Commentaires

Bonjour les ami(e)s,

Ô le temps béni de cet Olympia 73 ! Imaginez, pas de piaferies, pas d'affreux volatiles blancs, un orchestre pas dirigé par Jean Claudric, une affiche superbe, des chansons écrites par des grands, des très grands ... le rêve absolu résumé en quelques lignes !!!
A bientôt, et merci Ricochet de nous avoir rouvert cette belle page de la carrière de MM.

Écrit par : Stefane Mathieu | 29/10/2012

Salut Rico, Mireille doit se tromper dans sa liste des compositeurs des chansons pour cet Olympia - où bien la liste des chansons chantées n'est pas complète. Aucune des chansons dans ce programme n'est de Ennio Morricone. Peut-être pensait-elle à Giorgio Morroder (Moi, c'est la chanson) - ou bien quelqu'un qui a copié la liste des compositeurs nommés par Mireille s'est trompé....

Écrit par : Wolfgang | 30/10/2012

La liste des titres interprétés à l'Olympia est complète. En fait, je croyais que le tour de chant commençait avec "Pour le meilleur et pour le pire". Mireille ne chantait aucune chanson de Morricone à cette occasion, mais elle avait déjà enregistré quatre titres de ce grand compositeur en 1971 ("Mon ami de toujours" et "Pas vu, pas pris") et 1972 ("Cuando verrano i giorni" et "Nata libera").

Écrit par : Yves | 30/10/2012

Les commentaires sont fermés.